Actualités F.F.SQUASH

Squash, un sport, une passion

Actus

OPEN DE FRANCE – NANTES 2019 PRESENTED BY TAILOR CAPITAL : 1/8ème DE FINALE, LES RÉACTIONS

Événements 10/09

Les 1/8è de finale de l'open de France commencent midi à La Maison du Squash, avant la première night session ce soir au château des Ducs de Bretagne.

Retrouvez sur cette page les réactions des acteurs (joueurs, entraîneurs etc.)

Propos recueillis par Jérôme Elhaïk 

Grégoire Marche (après sa victoire contre Nathan Lake)

 Grégoire Marche

Crédit photo : Daniela Ciacciofera

« Le premier match d'une saison est toujours un moment particulier car on ne sait pas trop où on en est, mais je l'ai bien négocié. C'était un joueur à prendre au sérieux, qui a fait une belle performance hier même si Daryl Selby n'était pas au mieux. J'avais étudié quelques uns de ses matches à la vidéo, je savais ce que je devais mettre en place et j'ai réussi à prendre le dessus dans le débuts de jeu, ce qui a facilité les choses. Pour être honnête, j'étais un peu déçu de ne pas être programmé sur le court vitré étant donné mon histoire ici (NDLR : Grégoire s'est imposé à Nantes en 2015, 2016 et 2017), et je l'ai fait savoir aux organisateurs. Mais je ne me vais pas me focaliser là dessus, l'essentiel était de se qualifier pour les quarts. Je m'attends à une grosse bataille, contre Simon Rösner voire Borja Golan si ce dernier créé la surprise, ce qui est possible en deux jeux gagnants, et je vais aller voir leur match ce soir au château. Concernant ma préparation, elle s'est déroulée conformément à mes espérances avec deux gros blocs de travail entrecoupés par le tournoi à l'île Maurice. Quand j'ai repris la raquette, les sensations n'étaient pas super mais c'est revenu petit à petit. Après l'open de France, j'ai choisi de faire l'impasse sur San Francisco, j'irai m'entraîner une semaine à New York avant l'US Open. Le fait d'être tête de série dans les gros tournois c'est évidemment un plus, j'ai l'assurance de rentrer directement au deuxième tour et de marquer les points qui vont avec. Je n'ai pas beaucoup de points à défendre d'ici la fin de l'année 2019 : même si je ne suis pas obsédé par le classement, je suis conscient que de bons résultats pendant cette période me permettraient de monter. »

Renan Lavigne (entraîneur national) : « Greg a fait ce qu'il fallait, il a mis du rythme et a exposé les carences de son adversaire, notamment en évitant son coup droit de gaucher. Nathan Lake est un joueur très appliqué, mais à tel point qu'il peut être parfois prévisible. »

 

Énora Villard (après sa défaite contre Alison Waters) 

Enora Villard

Crédit photo : Philippe Rochais

« J'ai abordé le match sans aucune pression, et avec l'intention de lâcher le bras (sic). Ça a plutôt bien fonctionné au début, j'ai eu quelques bonnes longueurs qui m'ont permis d'attaquer et c'est rentré … Mais elle a tellement d'expérience, ce genre de joueuses ne se sent pas en danger quand elles sont menées au score. Elle s'est adaptée à la situation et à mon jeu, et ensuite elle m'a prise de vitesse. Pas forcément en frappant fort, mais en prenant la balle plus tôt et en étant plus précise. Ce format en 2 jeux gagnants – qui ne fait pas l'unanimité chez les filles - est un peu frustrant car je ressors du court en ayant l'impression de ne pas avoir suffisamment de temps pour apprendre. Même hier lorsque j'ai gagné 2-0, j'aurais bien aimé disputer un jeu supplémentaire (rires). Je repars évidemment avec le plein de confiance. (on lui dit qu'il est flagrant à quel point elle a gagné en assurance). Le fait d'avoir confiance en son physique aide indéniablement, comme je disais hier j'ai toujours été combative mais désormais j'arrive sur les balles avec le bon timing. C'est un début de saison idéal, qui va me permettre de progresser au classement et de me rapprocher des tableaux des Platinum, d'autant plus si je fais un bon résultat lors de mon prochain tournoi au Canada (NDLR : la Nash Cup à partir du 17 septembre. Énora est actuellement 55ème mondial, et il faut être dans les 46 premières pour avoir la garantie d'être intégrée aux tableaux des Platinum). »

Philippe Signoret (entraîneur national) : « Le début de match m'a agréablement surpris, Énora est parvenue à prendre le dessus et à surprendre Waters. Ensuite, l'Anglaise lui a mis plus de pression et dans le deuxième jeu elle a déroulé. En effet, en termes d'apprentissage c'est presque dommage qu'il n'y ait pas un troisième jeu (rires) … Mais elle ne cesse de nous surprendre, mais a telle capacité à travailler que je suis certain qu'elle va continuer à le faire ... »

 

Renan Lavigne (entraîneur national, après la défaite de Benjamin Aubert face à Fares Dessouky) 

Benjamin Aubert & Renan Lavigne

Crédit photo : Daniela Ciacciofera

« Dans le premier jeu, l’Égyptien a été très solide et n'a pas fait de fautes. Mais c'est satisfaisant de constater que Benjamin a su s'adapter au fil du match : il aime jouer au chat et à la souris (sic) à l'avant du court mais contre un tel joueur ça ne pardonne pas, et par la suite il a trouvé davantage de longueur. Benji a su se remobiliser après sa victoire d'hier, et pour lui c'est très bénéfique d'enchaîner 2 gros matches en 2 jours. Dessouky c'est encore le niveau au-dessus par rapport à Kandra, on parle d'un joueur qui a le niveau top 10 mondial. Il s'en est rendu compte, ce qui ne l'a pas empêché d'avoir quelques regrets à la fin (ce qui est une bonne chose) tout en réfléchissant déjà à des pistes de travail pour la suite. Il a beaucoup progressé dans sa capacité d'analyse, et nous sommes sur la même longueur d'onde. Grâce à son 1/8è de finale ici, il devrait gagner une dizaine de places au classement (NDLR : Aubert est actuellement 91ème). En cas de bons résultats ces prochaines semaines, il peut se donner une chance de participer au championnat du monde (qui a lieu début novembre à Doha). » 

< Retour