Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actualités

RÉTRO 2016 - L'ANNÉE DU SQUASH FRANÇAIS, DEUXIÈME PARTIE

Événements 31/12

La période des fêtes est traditionnellement l'occasion de revenir sur les douze mois écoulés.

Qui ont été très riches pour le squash français, aussi bien dans l'hexagone qu'à l'échelle internationale. Nous vous proposons une rétro qui retrace cette année 2016 à travers deux temps forts pour chaque mois, en compagnie des acteurs majeurs de la discipline. Deuxième et dernière partie aujourd'hui. Bonne lecture ...

Article de Jérôme Elhaïk

JUILLET

L'ascension fulgurante de Vincent Droesbeke

13

Trois mois après ses débuts, Vincent Droesbeke remporte son premier titre sur le circuit professionnel (Crédit photo : PSA World Tour)

Certes il n'aura pas fait aussi bien que Ramy Ashour, vainqueur pour ses débuts en PSA à Athènes en 2004. Mais en remportant son premier titre trois mois après ses premiers pas sur le circuit international – à Adélaïde en juillet dernier - Vincent Droesbeke réalise une performance dont peu de joueurs français peuvent se vanter. Une victoire qui arrive tout sauf par hasard, après trois quarts de finale dans les semaines précédentes (dont un à Angers, après avoir battu Christophe André et Baptiste Masotti). Malgré quelques soucis à la cheville à l'automne, ce joueur de 25 ans a confirmé depuis, en atteignant une autre finale récemment au Canada et accédant du même coup – déjà - à la 131ème place mondiale. Une ascension qui pourrait en étonner quelques uns, car Droesbeke avait eu une carrière anonyme en jeunes, avant de parcourir le monde pour ses études. Elle surprendra moins ceux qui savent qu'il a été formé par un certain Julien Balbo et qu'il est installé à Barcelone, où il s'entraîne avec plusieurs joueurs professionnels. Le tout ajouté à une détermination sans faille, qui lui servira au cours des prochains mois. Car il n'est plus un inconnu désormais, et c'est une toute autre aventure qui commence.

Le bel été des jeunes Français

14

Trois Français dans les quatre premiers à la Pioneer Cup, dont Victor Crouin sur la plus haute marche du podium (Crédit photo : Victor Crouin)

Pendant que les joueurs professionnels sont en vacances, voire déjà en phase de reprise, les jeunes disputent traditionnellement la Pioneer Junior Cup - probablement le tournoi européen le plus prestigieux après le British Open - au mois de juillet en Allemagne. Dans la liste des anciens vainqueurs, on trouve des noms comme Low Wee Wern, Camille Serme, Simon Rosner ou encore Mathieu Castagnet. Il n'est donc pas anodin que pour la deuxième année consécutive, la finale soit 100 % française chez les garçons, avec la victoire de Victor Crouin contre Benjamin Aubert. Huit jours plus tard, on retrouve les mêmes quatre demi-finalistes au Dutch Junior Open aux Pays-Bas. Mais cette fois-ci c'est le Jordanien Mohamed Al Sarraj qui s'impose, dominant Aubert en demi-finale puis Crouin en finale. Petit clin d’œil : tous les deux passés par le pôle espoirs du Mans, Enzo Corigliano et Julie Rossignol avaient été sacrés champions de France -19 ans en même temps quelques mois plus tôt. Ils poussent la ressemblance un peu plus loin, en obtenant à Rotterdam une belle troisième place pour leur dernier tournoi en jeunes.

mais aussi ...

Coup d'essai, coup de maître pour les organisateurs de la première édition du tournoi national Audi Le Mans, qui attire trois joueurs du top 10 français. Mathieu Castagnet s'impose en finale contre Lucas Serme, alors que Johan Bouquet complète le podium.

AOÛT

Les Bleuets aux portes du dernier carré

15

Les Bleuets sont passés tout près du dernier carré au championnat du monde par équipes, mais doivent se contenter d'une belle cinquième place (Crédit photo : World Squash Federation)

On a déjà évoqué dans la première partie le beau parcours de Benjamin Aubert au championnat du monde junior individuel. Dans la compétition par équipes, les jeunes Bleus pouvaient légitimement espérer égaler leur meilleur résultat dans cette épreuve (quatrièmes en 1998 et 2000, avec Grégory Gaultier en chef de file). Premiers de leur poule, ils se retrouvent directement en quarts de finale à la faveur d'un « bye » dû à leur position de têtes de série numéro 3. Contre les États-Unis, Victor Crouin met son équipe sur les bons rails en battant Spencer Lovejoy à l'issue d'un match très difficile. Les jeunes Français sont même à un jeu du dernier carré lorsque Benjamin Aubert mène 2 jeux à 0 contre Andrew Douglas. Mais peut-être un peu émoussé par son parcours en individuel, il ne parvient pas à conclure et s'incline en cinq jeux. C'est donc à Sébastien Bonmalais que revient la lourde tâche de jouer le match décisif contre Samuel Scherl. Malgré une résistance héroïque, et une balle de match sauvée dans le troisième jeu, le Réunionnais s'incline en 4 jeux après 1h10 de match. Le rêve est passé, d'autant que c'était la dernière participation pour ces trois joueurs. Ils auront le mérite de se remobiliser pour accrocher la cinquième place, en battant l'Inde et l'Australie.

Laura Pomportes est de retour

16

Quelques mois après son retour sur les courts, Laura Pomportes remporte son premier titre sur le circuit international (Crédit photo : PSA Belfast Open)

C'est la belle histoire du mois d'août. Alors qu'elle était aux portes du top 50, Laura Pomportes a été stoppée dans son élan à l'été 2015 par une blessure à la hanche. Au repos forcé pour une durée indéterminée, certains médecins lui prédisent même une possible fin de carrière. Mais c'est mal connaître la force de caractère de la Toulousaine, qui met tout en œuvre pour revenir, avec un objectif en ligne de mire : le championnat du monde par équipes en décembre 2016 à Paris. Après un championnat de France disputé avec une préparation réduite au minimum, Pomportes affiche de belles promesses lors du championnat d'Europe par équipes en mai. Puis elle atteint les demi-finales à Jersey pour son retour sur le circuit. Mise en confiance par une bonne préparation estivale, elle fait encore mieux en août à Belfast, remportant le premier tournoi de sa carrière à 27 ans. Retombée à la 157ème place mondiale avant son retour, elle est aujourd'hui 66ème, et a joué un rôle prépondérant dans l'obtention de la première médaille mondiale des Bleues (voir Décembre ci-dessous). Si elle continue sur cette lancée, tous les espoirs lui sont permis pour cette « deuxième carrière. »

mais aussi …

Fin de série à Hong Kong : pour la première fois depuis décembre 2015, on ne retrouve aucun(e) français(e) en demi-finale d'un tournoi World Series. Pour Grégory Gaultier, c’est encore plus exceptionnel puisqu’il n'avait pas perdu avant les quarts de finale d'un tournoi depuis 7 ans --- Pour son premier tournoi hors du continent européen, Sébastien Bonmalais atteint les demi-finales, à Bega en Australie.

SEPTEMBRE

Nantes marque les esprits

17

Les spectacles sons et lumière ont émerveillé le nombreux public de l'open international de Nantes (Crédit photo : Philippe Rochais)

La première édition de l’open international de Nantes (dotée de 10 000 $) avait été une grande réussite, couronnée par un titre d’événement sportif de l’année 2015 en Loire Atlantique. François Lejort et son équipe ont fait encore plus fort cette année, provoquant même l'admiration ébahie des joueurs et observateurs, peu habitués à une organisation de cette envergure pour un tournoi 25 000 $. À l’image de l’Américaine Amanda Sobhy, déclarant sur Twitter que « le tournoi avait l’air tout simplement incroyable, à quand un World Series à Nantes ? ». Les spectacles son et lumière d'Aurélien Lafargue ont été particulièrement remarqués. N’oublions pas le public, que les joueurs n’ont cessé de remercier tout au long de la semaine. « Quand on joue dans une telle ambiance, on a l'impression d’être des rock stars, » déclara le finaliste Chris Simpson lors de la remise des prix … On attend avec impatience de voir ce qu'ils nous réservent en 2017 (le prize money sera maintenu à 25 000 $ chez les hommes mais passera à 15 000 $ chez les femmes). Côté sportif, la cerise sur le gâteau est la victoire de Grégoire Marche. Déjà vainqueur sur les bords de l'Erdre en 2015, il remporte le plus beau titre de sa carrière. Porté par le public de la Cité des Congrès, le numéro 3 français – entraîné depuis peu par Thierry Lincou – déroule une partition proche de la perfection pour battre les Anglais Daryl Selby en demi-finale et Chris Simpson en finale. Marche va continuer sur sa lancée quelques jours plus tard à San Francisco, atteignant les quarts de finale après avoir battu Nick Matthew. Puis au Qatar (voir Novembre) ...

Pas de carton plein pour les Bleus

18

Pas le carton plein espéré pour les Français au championnat d'Europe, mais trois médailles tout de même (Crédit photo : www.czechsquash.cz/eicc-2016)

Bilan un peu mitigé pour la délégation française au championnat d'Europe individuel à Prague. Alors qu'ils pouvaient espérer tout rafler, ils rentrent avec « seulement » trois médailles. Camille Serme remporte son cinquième titre consécutif en venant à bout de la jeune Belge Nele Gilis après quatre jeux disputés. Pas de dixième titre en revanche pour Grégory Gaultier, vaincu en finale par l’Espagnol Borja Golan après une rude bataille (11-9 au 5ème jeu). Mathieu Castagnet et Coline Aumard, candidats au podium, ont été sortis dès les quarts de finale. La faute à une blessure au mollet pour le numéro 2 français, et à « un match cauchemardesque » pour la joueuse de Créteil contre la Belge Tinne Gilis (n°99 mondiale), selon son entraîneur Philippe Signoret. La grosse satisfaction dans le camp tricolore est venue de la médaille de bronze de Lucas Serme. Logiquement battu par Gaultier en demi-finale, le Cristolien vient ensuite venu à bout de sa bête noire, l’Allemand Raphaël Kandra. « Je suis très heureux de cette médaille de bronze, qui était mon objectif, confie-t-il. J’ai affiché un niveau constant toute la semaine. C’est de bon augure pour les futures échéances ! » 

mais aussi ...

Christophe André remporte le premier open national de la saison à Clermont-Ferrand, en battant Johan Bouquet en finale --- En Afrique du Sud, Mylène de Muylder devient la première Française championne du monde vétérans (en +50 ans) et rejoint Renan Lavigne, sacré en +35 ans chez les hommes en 2012 –- Handicapés par de nombreuses absences, entres autres Thierry Lincou et Sarah-Jane Perry, les équipes de Mulhouse ne sont pas en mesure de lutter pour le titre à la Coupe d'Europe des Clubs. Les filles ramènent néanmoins une méritoire médaille de bronze de Pontefract (Angleterre).

OCTOBRE

Le chef d'œuvre de Camille Serme

19

Camille Serme accomplit la plus grande performance de sa carrière en remportant l'US Open (Crédit photo : US Open Squash)

Un an et demi après son premier titre majeur au British Open, Camille Serme est de nouveau sous les feux des projecteurs. C’est bel et bien une semaine de rêve que la Française a vécue à Philadelphie. En l’espace de trois jours, elle domine les numéros 1, 2 et 6 mondiales, en produisant un squash incroyable et en affichant une détermination sans faille. Et pourtant … Deux semaines auparavant, Serme était éliminée au premier tour d’un tournoi pour la première fois depuis plus de deux ans (à Al-Ahram en Égypte) et son entraîneur Philippe Signoret évoquait une période un peu difficile. Déçue de ne pas avoir atteint de finale en World Series depuis sa victoire à Hull en mai 2015, la joueuse de l’US Créteil a complètement effacé cette frustration aux États-Unis. Même si elle avait déjà battue Massaro et El Sherbini lors de son succès au British Open, cette victoire a une autre dimension : les deux joueuses n’étaient « que » 4ème et 9ème mondiales à l’époque, alors qu’elles dominent le circuit féminin depuis. Pour les battre, ainsi que l’Américaine Amanda Sobhy, Serme a sans aucun doute produit le meilleur squash de sa carrière à Philadelphie. « Nour m'a mise sous pression en finale, indiquait-elle, mais comme tout au long de la semaine, je savais ce que je devais faire sur le court et j’ai continué à avoir confiance en ma stratégie. » Cette victoire est également de très bon augure en vue du championnat du monde par équipes, puisque toutes les victimes de la Française sont des adversaires potentielles à Paris.

Grand Chelem pour Crouin, première pour Paquemar 

20

Les six médaillés du championnat de France -19 ans 2016-2017, dont les vainqueurs Victor Crouin et Laura Paquemar (Crédit photo : Jean-Luc Paquemar)

Victor Crouin devient à Vitrolles le quatrième joueur (après Grégory Gaultier, Grégoire Marche et Auguste Dussourd) à remporter le titre de champion de France dans les cinq catégories d’âge. Le Toulonnais était grand favori suite au forfait de Benjamin Aubert et tient son rang, notamment lors de la finale attendue contre son camarade d’entraînement Sébastien Bonmalais. « Faire partie de ce groupe restreint est un honneur et ça montre ma capacité à être présent dans les moments importants chaque année, indique le Toulonnais. Mais il ne faut pas s’arrêter à ce titre et voir plus loin. » Chez les filles, Laura Paquemar s'offre un beau cadeau d'anniversaire avant l'heure : quelques jours avant ses 19 ans, la Lorientaise décroche son premier titre de championne de France, grâce à un parcours sans faute. « C'est difficile de décrire ce que je ressens, confie-t-elle. De la joie bien sûr, mais surtout un sentiment d'accomplissement. Ma carrière en jeunes se termine en beauté ! » Paquemar a été intraitable tout au long du week-end, notamment en finale contre Fanny Segers. La joueuse d’Annonay (qui s’entraîne au pôle espoirs de Chatenay-Malabry) avait auparavant causé la surprise en sortant la tête de série n°1 Laura Gamblin, de retour sur les courts après dix mois d'absence.

mais aussi ...

Après un début de saison difficile, dû en partie à des soucis physiques, Grégory Gaultier remporte le 1er octobre le NetSuite Open sans perdre un jeu, battant James Willstrop en finale --- Sébastien Bonmalais confirme son bon début de saison, avec un premier succès en tournoi junior européen en Suède. Toufik Mekhalfi ramène également le titre en -15 ans --- Avec ses recrues Paul Coll et Jan Koukal, le Jeu de Paume fait un sans faute lors de la première journée et prend la tête des Interclubs avec Mulhouse. Chez les femmes, on retrouve un trio composé de Royan, Gradignan et Créteil aux commandes.

NOVEMBRE

Des Monde à oublier

 

2 

Un championnat du monde à oublier pour les Français, avec notamment les blessures de Mathieu Castagnet et Grégory Gaultier (Crédit photo : Mathieu Castagnet

Le championnat du monde masculin 2016 ne restera pas dans les annales pour la délégation française. Après l'élimination de Lucas Serme au premier tour contre Olli Tuomien, c'est au tour de Mathieu Castagnet et Grégoire Marche de disparaître en 1/16ème de finale. Le premier, handicapé par une pubalgie depuis plusieurs semaines, ne peut défendre ses chances contre Daryl Selby, alors que le néo-montpelliérain a le sentiment d'avoir loupé une belle opportunité après sa défaite en 4 jeux contre un Dessouky plus incisif dans les moments importants. Arrivé en demi-finale après un parcours maîtrisé, le tenant du titre Grégory Gaultier doit déclarer forfait le matin de sa demi-finale contre Ramy Ashour, la faute à une blessure à la cheville survenue la veille contre Tarek Momen. « Je suis tellement déçu, déclare le numéro 1 français. Je n’ai pas été épargné par les blessures en 2016. Cela fait partie de la vie d'un athlète, je ne peux rien faire d’autre que de l’accepter et de continuer à avancer. »

Grégoire Marche prend le quart au Qatar

21

Premier quart de finale en World Series pour Grégoire Marche au Qatar (Crédit photo : www.squashpics.com)

Mini-évènement au Qatar : il faut remonter à décembre 2011 pour trouver la trace d’un tournoi majeur avec un seul joueur tricolore en lice. « Oui c’est un peu bizarre d’être le seul français, indique Grégoire Marche, mais ça ne me dérange pas. C’est une manière différente d’aborder les matchs. Mais j’espère que Mathieu Castagnet et Grégory Gaultier seront vite rétablis et que la French Team sera de nouveau au top ! » Marche a parfaitement géré cette solitude à Doha, en atteignant pour la première fois de sa carrière les quarts de finale d’un World Series. Grâce à deux succès à l'arrachée contre Mohamed Abouelghar, et surtout Tarek Momen (n°9 mondial). Mené 8-4 dans le cinquième jeu, il s'impose 11-9 après 1h15 de match. Le numéro 3 français passe même tout près de rejoindre le dernier carré, se retrouvant à deux points du match contre Nick Matthew. Mais l'Anglais fait parler son immense expérience pour s'imposer en 5 jeux. « J’ai tout donné, indique-t-il. J'ai évidemment laissé des forces dans mes deux premiers tours, mais je jouais vraiment bien dans les deux premiers jeux. J’ai eu ma chance dans le troisième mais bravo à Nick, on sait tous que c’est un battant. » Même si paradoxalement l'Acrobate a perdu quelques places au classement mondial après ce résultat, une petite dizaine de joueurs se tiennent en quelques points et le top 20 est dans sa ligne de mire.

mais aussi ...

Baptiste Masotti atteint la finale de l'open international de Niort, la ville où il est né, mais doit s'incliner contre l’Écossais Douglas Kempsell --- Pas de titre pour les jeunes Français au Belgian Junior Open mais deux médailles pour les pensionnaires du pôle espoirs de Châtenay-Malabry, Toufik Mekhalfi (argent) et Fanny Segers (bronze) --- Jacques Fontaine, président de la FFSquash, est élu à la tête de la World Squash Federation, succédant à l'Indien Narayana Ramachandran. Il est le troisième Français à occuper ce poste au sein d'une instance internationale, avec Jean Todt pour l'automobile et Jean-Christophe Rolland pour l'aviron --- Lors de la deuxième journée des Interclubs, le Jeu de Paume s'impose à Mulhouse et s'empare seul de la tête du classement, alors que Créteil en fait de même chez les femmes.

DÉCEMBRE

Un rêve bleu

23

L'équipe de France féminine a réalisé son rêve au championnat du monde à Paris (Crédit photo : Zoom92130)

Le squash français écrit l’une des plus belles pages de son histoire début décembre, à l’occasion du championnat du monde féminin par équipes à Paris. L’équipe de France, par la voix de son entraîneur Philippe Signoret, avait annoncé un double objectif : monter sur le podium pour la première fois de leur histoire mais aussi créer une communion avec le public. Le premier a été atteint, tout d’abord grâce une victoire capitale en poule contre Hong Kong (tête de série n°4), puis à ce quart de finale mémorable contre l’Australie qui garantit une médaille aux Bleues (la petite finale n’était pas disputée cette année). Deux rencontres au cours desquelles dans le sillage de leur leader Camille Serme, Laura Pomportes et Coline Aumard apportent à tour de rôle une contribution décisive. « C’est appréciable d’avoir une numéro 1 aussi solide que Camille, indique Philippe Signoret, tous les pays n’ont pas cette chance. Ensuite, c’était mon idée depuis le départ, qu’on ait une sorte de rotation entre les postes 2 et 3, et qu’à tour de rôle elles reprennent le flambeau. C’est ce qui s’est passé … » La défaite en demi-finale contre l’armada Égyptienne, composée des trois meilleures joueuses du monde et championne du monde par équipes pour la troisième fois, n’entache en rien le parcours exceptionnel des Bleues : elles sont aujourd’hui vice-championnes d’Europe, et troisième nation mondiale (tout comme leurs homologues masculins). Mais l’appétit vient en mangeant, et Serme confie « avoir envoyé un message aux filles dès le lendemain, en leur demandant si elles étaient prêtes à relever un nouveau challenge : devenir championnes d'Europe en avril prochain ! » Au-delà de cette réussite sportive, les joueuses de l’équipe de France ont vécu une véritable osmose avec le public. « Les gens qui criaient nos noms quand on était en train de jouer, c’était quelque chose d’incroyable, raconte Coline Aumard. Je ne pensais pas vivre un jour une telle émotion. » Succès sportif et populaire, mais aussi médiatique. TF1, France Télévisions, L’Équipe et beaucoup d’autres ont suivi de près le parcours de l’équipe de France. « Avoir des caméras et appareils photo braqués sur nous, on n’en a pas forcément l’habitude, indique Serme. Mais on déplore souvent le manque de médiatisation de notre discipline, donc on ne va pas se plaindre, au contraire ! »

Les jeunes à l'honneur à Chartres

24

Tous les médaillés en compagnie de Camille Serme et Jean-Denis Barbet (Crédit photo : Anthony Henriques)

C'était l'heure de la confirmation chez les garçons, au championnat de France -11/-15 ans à Chartres. En -15 ans, Toufik Mekhalfi (licencié à Gradignan mais qui s'entraîne au pôle espoirs de Châtenay-Malabry) conserve son titre non sans s'être fait une belle frayeur en demi-finale contre le talentueux Manceau Léo Blin. Très concentré en finale, il ne laisse aucune chance au Réunionnais Oliver Lamilango, un peu tendu pour sa première finale nationale. Avant de passer dans la catégorie supérieure fin janvier, Mekhalfi s'attaquera à son dernier gros objectif en moins de 15 ans, le British Junior Open. En -11 ans, Antonin Romieu était devenu l'an dernier le premier Corse à devenir champion de France en jeunes, et il réalise le doublé à Chartres. Il doit puiser dans ses réserves pour venir à bout du lutin de Royan Axel Diet, un joueur au toucher de balle remarquable pour son âge. Romieu s'impose en cinq jeux à l'issue d'un match qui ravit le nombreux public. Chez les filles, on découvre une Franco-égyptienne de 9 ans, licenciée à l'US Créteil : Lauren Baltayan. Intraitable lors des premiers tours, elle rencontre davantage de résistance en finale contre Lilou Brévard (La Rochelle) mais s'impose néanmoins 3 jeux à 0. En -15 ans, Cléo Jahard prend sa revanche sur Ninon Lemarchand, qui l'avait battue sur le même court en finale des -13 ans il y a deux ans. La joueuse de Vincennes réalise un match quasi-parfait pour s'imposer 3 jeux à 0 et décrocher son premier titre de championne de France individuelle. Et recevoir sa médaille d'or des mains de Camille Serme, invitée par la Fédération Française de Squash. Neuf fois championne de France en jeunes, la numéro 1 Française a affirmé avoir été « impressionnée par le niveau des jeunes. J'espère que les belles performances des équipes de France masculine et féminine leur donneront envie d'aller encore plus haut. »

mais aussi …

Après quatre défaites en finale, Auguste Dussourd ouvre son compteur en Iran, battant le Pakistanais Tayyab Aslam --- Victor Crouin remporte le Swiss Junior Open. Autre titre pour les Français, Toufik Mekhalfi en -15 ans. Ces deux joueurs seront les meilleures chances tricolores au British Junior Open début janvier --- La jeunesse au pouvoir au championnat de France 3ème série à Valenciennes, avec les victoires de Canelle Joubert (14 ans) et Pablo Richet (15 ans) --- Jean-Denis Barbet, auparavant à la tête de la Ligue Île-de-France, est le nouveau président de la Fédération Française de Squash.

 

La rétro 2016 est terminée. Nous espérons que 2017 sera aussi riche pour le squash français, voire plus. La grosse échéance de l'année est évidemment le championnat du monde masculin par équipes en décembre à Marseille, mais les rendez-vous seront très nombreux d'ici là. À commencer par le British Junior Open, qui débute dès lundi, puis l'open du Gard à Nîmes dans quelques jours.

< Retour