Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

CHAMPIONNAT D'EUROPE PAR ÉQUIPE : LES BLEUS TUTOIENT LES ANGES

Équipe de france 07/05

Cinq mois après la désillusion du championnat du monde à Marseille, l'équipe de France masculine a magnifiquement rebondi, en conservant son titre de champions d'Europe – le troisième en quatre ans – aux dépens de leurs grands rivaux Anglais.

C'est la victoire de tout un groupe, aussi bien celle des cadres que des jeunes qui ont amené leur fraîcheur. Les filles ont conforté leur statut de numéros 2 européennes, mais malgré le succès de Camille Serme les Anglaises étaient trop fortes.

Article de Jérôme Elhaïk

AU BOUT DU SUSPENSE ...

« On est aux anges, tout simplement. » La voix de Renan Lavigne, quelques heures après le triomphe des Bleus, trahissait une certaine fatigue mais surtout une joie immense. D'ordinaire dans la retenue (« J'essaie de rester stoïque, et de ne pas montrer mon stress aux joueurs pendant les matches, »), l'entraîneur de l'équipe de France hésite lorsqu'on lui demande s'il place ce titre au-dessus du premier de leur histoire, acquis en 2015. « C'est presque plus fort, ou en tous les cas au moins au même niveau. Le fait que ce soit Baptiste qui apporte le point décisif, alors qu'il est classé presque 60 places derrière son adversaire dans la hiérarchie mondiale, ça rend l'histoire très belle. » Il y a une autre raison pour lesquelles les émotions étaient si fortes samedi en fin d'après-midi, et elle se résume en un mot : Marseille. « On ne pourra jamais effacer ce qui s'est passé au championnat du monde, » confie Lavigne. (NDLR : les Bleus avaient été éliminés en quart de finale par Hong Kong). « Mais cette victoire est la preuve de notre capacité de réaction. Les discussions, ainsi que les ajustements effectués, notamment au niveau des entraînements, ont porté leurs fruits. Marseille avait été un traumatisme, le moins que l'on puisse dire c'est qu'on repart de Pologne le cœur le plus léger ! » 

Compte-rendu ETC 2018 Photo 1

Pour la 18ème fois depuis l'an 2000, la France et l'Angleterre se sont retrouvés en finale du championnat d'Europe (Crédit photo : squashPage.net)

Pour faire tomber les Anglais, les Tricolores se sont appuyés sur leurs cadres, Grégory Gautlier et Mathieu Castagnet.  « On s'attendait à une grosse bataille, comme d'habitude avec eux, et on n'a pas été déçus. » ajoute l'entraîneur des Bleus. « C'est une immense nation du squash, il ne faut pas oublier qu'ils ont été champions du monde en 2013, et encore vice-champions il y a quelques mois. Mais Greg et Mathieu ont affiché un niveau extraordinaire contre Matthew et Willstrop. Quelle détermination ! » Après ces deux victoires 3 jeux à 0, Lucas Serme n'avait besoin que d'un jeu pour donner le titre à son équipe, exactement comme il y a trois ans au Danemark. « Mais dans l'approche du match, on ne raisonne pas comme ça, » explique Lavigne. « J'ai dit à Lucas qu'il devait avant tout penser à gagner, exactement comme en PSA. Néanmoins, je suis évidemment conscient qu'on ne contrôle pas tout, et qu'il y a 10 000 trucs qui passent par la tête des joueurs dans cette situation. Mais il est tombé sur un Daryl Selby qui a été vraiment énorme. »

"Cette victoire montre notre capacité de réaction" (Renan Lavigne)

La suite, on la connaît. Opposé à Declan James, Baptiste Masotti allait parfaitement surmonter la perte du premier jeu : le gain du deuxième (11-9) scellait le sort de la rencontre, devant un camp Français en délire. Notamment un Grégory Gaultier « possédé, » rigole Lavigne. « Voir Greg aussi ému par cette victoire, après toutes celles qu'il a connues dans sa carrière, c'est fantastique. C'est à l'image de ce groupe qui a été magnifique toute la semaine. Les joueurs se sont portés les uns les autres, ceux qui étaient sur le banc ont amené une énergie incroyable. » Quand on lui demande d'évoquer l'apport des jeunes, Baptiste Masotti et Victor Crouin, leur entraîneur est intarissable, tout en précisant « que les deux étaient dans les tribunes à Marseille et avaient ressenti la même déception que nous. Leur apport, il est tout simplement fabuleux, ce sont deux fidèles soldats (sic) de l'équipe de France. Baptiste amène sa bonne humeur et sa fougue, Victor son professionnalisme et son attitude exemplaire. Je n'ai rien à redire sur ce gamin – qui n'en est pas un en termes de maturité – ou plutôt si il y aurait beaucoup de choses à dire. Il était évidemment déçu de ne pas disputer les demi et la finale, mais il m'a demandé de lui rajouter des séances, preuve de son implication sans faille du début à la fin. » À 18 ans, Crouin représente l'avenir de l'équipe de France. Même s'il va intégrer l'université d'Harvard à la rentrée, il fait totalement « partie intégrante du projet, on a déjà eu des discussions avec son coach là-bas à ce sujet, » selon Lavigne. Confirmation de l'intéressé, qui indique « être sélectionnable pour un nouveau titre l'an prochain ! » C'est tout le mal que l'on souhaite aux Bleus …

Compte-rendu ETC 2018 Photo 2

En marquant le jeu qui manquait aux Bleus, Baptiste Masotti a plongé le camp français dans une douce euphorie (Crédit photo : squashPage.net)

 

PAROLES DE JOUEURS

BAPTISTE MASOTTI

« C'est le meilleur souvenir de ma carrière jusqu'ici, c’est magique ! Il y a eu tellement d'émotions après la victoire … Pour moi c'est totalement différent de 2015. Même si un titre est un titre, quand tu ne joues pas ça n'a pas pas la même saveur. Mais je ne me considère pas comme un porte-bonheur (NDLR : Baptiste a remporté deux titres de champions d'Europe en deux sélections), je ne crois pas trop à ces trucs là. Cependant, je le sentais bien cette année : on a su se remobiliser après le forfait de Grégoire Marche, et avec une telle ambiance dans l'équipe on ne pouvait pas perdre. (Sur la façon dont il a abordé son match, sachant qu'il n'avait besoin que d'un jeu). Pour être honnête, je n'ai quasiment rien vu de la finale ! Après le match de Mathieu, je suis parti me préparer et Flo (NDLR : Florent Ehrstein, l'un des kinés) me tenait au courant des scores. Je me connais, si j'étais resté derrière le court j'aurais été comme un fou (sic) et j'aurais perdu trop d’énergie en vue du match compliqué qui m'attendait. Renan nous avait dit de nous préparer à tous les scénarios, en ce qui me concerne j'étais plus prêt que jamais à jouer un match décisif : je suis en forme en ce moment, et je rêve de ce scénario depuis très longtemps. Quand on était rentrés sur le court pour porter Lucas en triomphe en 2015, je m'étais dit que peut-être un jour je serais à sa place. Mais quand le match a commencé, je peux vous dire que je me suis rendu compte de ce que signifiait le mot pression ! Malgré tout, j'étais bien, je ne me suis pas affolé. Comme j'ai dit aux gars après le match, le fait de voir tout le monde (Greg, Mathieu, Lucas, Victor, Renan, les filles et tout le staff) en train de crier, ça donne des ailes, tu ne sens plus rien en fait.

Compte-rendu ETC 2018 Photo 3

Baptiste Masotti avait rêvé de ce scénario, il est devenu réalité (Crédit photo : squashPage.net)

D'ailleurs, je ne me souviens quasiment pas du match, j'étais dans un état second, et même si je savais combien de points je devais marquer si je perdais 3-0 - l'arbitre l'avait annoncé – j'étais uniquement focalisé sur le fait de gagner un jeu. Je ne pouvais tout simplement pas lâcher, pour les gars, Mathieu et Greg qui ont été monstrueux, Lucas qui a fait ce qu'il a pu malgré la fatigue accumulée après tous ses matches ces dernières semaines et qui est tombé sur un très bon Daryl Selby, et Victor que je respecte beaucoup et qui a été un élément très important de la victoire. Sans oublier Renan, qui m’a fait confiance. J'ai aussi beaucoup pensé à ma famille, car on est passé par des moments difficiles cette année. Savoir qu'ils me regardaient, ça m'a donné de la force. Quand je pense qu'au championnat d'Europe en 2007 à Royan, j'avais été demandé un maillot à Greg Gaultier, et que onze ans plus tard, il est là à me conseiller et à crier comme s'il avait 18 ans, c’est inoubliable pour moi ! (Sur la réaction de l'équipe de France après la déception du championnat du monde). J'étais persuadé qu’on allait gagner, je n'en ai pas douté une seule seconde. Victor et moi, on savait que les gars ont été meurtris parce ce qui s'est passé à Marseille, mais on n'en a pas parlé : évidemment qu'ils étaient revanchards, mais c'est une nouvelle équipe. Il faut certes en tirer des leçons mais on ne pourra pas revenir en arrière. On était vraiment une bande de potes cette semaine, on a bien rigolé ensemble mais sur le court on a fait le job. Ça a certainement été la meilleure semaine de ma vie sur le plan sportif : on était tous prêts à mourir sur le court les uns pour les autres, et ça c'est beau. »

LUCAS SERME

« J'ai connu de nombreux scénarios depuis que je suis en équipe de France. Samedi, ça a été l'ascenseur émotionnel en ce qui me concerne : j'ai dans un premier temps été totalement galvanisé par les matchs de Mathieu et Greg, puis démoralisé de ne pas avoir pu marquer plus de points lors de mon match. Mais on s'est tous retrouvés derrière le court, et c'était un bloc compact de Français et de Françaises qui était là pour pousser Baptiste. Lorsqu'il a marqué le jeu décisif, il n'y avait que du bonheur. Avec du recul, je repense quand même à mon match avec un peu d'amertume, mais c'est surtout dans le but d'apprendre et de faire en sorte que ça se passe mieux la prochaine fois. Le résultat final est celui que l'on espérait et c'est tout ce qui compte. »

Compte-rendu ETC 2018 Photo 4

Lucas Serme est tombé sur un très solide Daryl Selby (Crédit photo : squashPage.net)

VICTOR CROUIN

(Lorsqu'on lui apprend qu'il est sans doute le plus jeune champion d'Europe par équipe de l'histoire, nous allons fouiller dans les archives pour confirmer cette statistique). C'est évidemment flatteur de battre des records, et si celui-ci est vérifié il me rend très fier. Je le prends comme une sorte de récompense de tout le travail effectué au quotidien pour atteindre mes rêves. Mais ce n'est pas une finalité : être le plus jeune, c'est bien mais ça veut dire qu'il reste beaucoup de chemin à parcourir et de choses à donner à cette équipe de France. (Sur son arrivée en équipe de France senior). Je pense que je me suis bien intégré au groupe. J'ai toujours attaché beaucoup d'importance aux compétitions par équipe chez les jeunes, et j'avais donc un peu d'expérience dans ce domaine. Je pensais néanmoins que j'allais avoir davantage de pression en entrant sur le court, mais je suis parvenu à repousser le stress et à prendre du plaisir. Jouer pour mon pays me galvanise, et la victoire est parfois plus belle que lorsqu'il s'agit d'un succès individuel. »

Compte-rendu ETC 2018 Photo 5

À l'image de Victor Crouin et Grégory Gaultier, les joueurs de l'équipe de France se sont portés les uns les autres (Crédit photo : squashPage.net)

GRÉGORY GAULTIER

« Quel suspense jusqu'au dernier point. Je suis tellement fier du parcours de l'équipe, l'ambiance entre nous était extraordinaire. Bravo aux Anglais qui se sont battus jusqu'au bout et auraient pu revenir. Merci aux Polonais pour leur accueil, et évidemment au groupe France (joueurs, entraîneurs, kinés, supporters), on a vécu et partagé des moments incroyables. »

MATHIEU CASTAGNET

« Nous sommes champions d’Europe par équipe 2018 ! Quelle équipe de rêve, c'est l'un des meilleurs souvenirs de ma carrière jusqu'à maintenant. »

Compte-rendu ETC 2018 Photo 6

Avec une nouvelle victoire contre James Willstrop, Mathieu Castagnet confirme son retour en forme (Crédit photo : squashPage.net)

 

GOODBYE MISTER MATTHEW

C'était la dernière fois que l'équipe de France affrontait leurs grands rivaux Anglais avec Nick Matthew à leur tête. Celui qui va prendre sa retraite dans quelques jours a pourtant failli ne pas disputer la finale en raison d'une blessure. « La veille de la rencontre, la probabilité que je joue était très faible. » a-t-il indiqué. « Mais notre kiné Jade Leeder a fait un travail tout simplement extraordinaire pour que je puisse revêtir une dernière fois le maillot de la sélection, pour moi c'était impossible de rater cette rencontre. Et je n'aurais pas pu choisir un meilleur adversaire pour tirer ma révérence. Nous avons eu de sacrées batailles sur le court, mais je suis fier de compter Greg parmi mes amis. Bravo à la France qui a mérité sa victoire, mais quel suspense ! L'équipe a donné tout ce qu'elle pouvait, notamment Daryl et Declan qui auraient pu renverser la situation. En ce qui me concerne, ça a été un honneur de représenter mon pays depuis 2003. Le moment est venu de passer le relais à la prochaine génération ... »

Compte-rendu ETC 2018 Photo 7

Nick Matthew a disputé son dernier match en équipe d'Angleterre contre son rival et ami Grégory Gaultier (Crédit photo : squashPage.net)

 

LES FILLES (ENCORE) EN ARGENT

Une nouvelle fois, la marche était trop haute … Et pourtant, le début du scénario s'était écrit tel que l'on espérait. Grâce à une prestation remarquable, Camille Serme avait mis les Bleues sur les bons rails en dominant Laura Massaro, 3 jeux à 0 (« C'est bon signe en vue du British Open, » a-t-elle indiqué). Mais même si elles ont tout donné, Coline Aumard et Mélissa Alvès n'ont pas été en mesure d'inquiéter Alison Waters et Victoria Lust. « Nous n'avons pas pu créer la surprise, » a ajouté Serme. « Les Anglaises étaient encore une fois trop fortes, mais nous allons continuer à travailler dur pour tenter d'atteindre notre rêve, et écrire l'histoire comme le font les garçons. Je suis tellement contente pour eux ! Merci à notre entraîneur Philippe Signoret, les kinés pour leur incroyable travail, la Fédération pour leur soutien et tous les Français qui nous ont encouragé de près ou de loin. Et bien sûr merci à mes coéquipières, Coline, Mélissa et Enora : ça a été une super semaine, et comme l'a dit Grégory Gaultier, la chose qui restera principalement est l'aventure humaine ... »

Compte-rendu ETC 2018 Photo 8

Malgré la superbe victoire de Camille Serme (en bas), la marche était trop haute pour les Bleues contre l'Angleterre (Crédit photo : Les Bleues du Squash à Wroclaw / European Team Championships)

 REVUE DE PRESSE

L'EQUIPE : Les Bleus tiennent leur revanche, pas les Bleues

 

--- Revivez l'épilogue de la finale masculine en vidéo ...

--- et en photos

 European Team Championship Divisions 1&2 2018

 SquashPage.net

Compte-rendu ETC 2018 Photo 9

 

< Retour