Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actualités

LES BLEU(E)S VEULENT CONQUÉRIR L'EUROPE - DEUXIÈME PARTIE

Divers 25/04

Le championnat d'Europe par équipes est un rendez-vous incontournable du printemps.

L'édition 2017 à Helsinki se résumera-t-elle, comme c'est le cas depuis plusieurs années, à un duel France - Angleterre ? Emmenés par un Grégory Gaultier dans une forme étincelante, et boostés par le retour en forme de Mathieu Castagnet, les hommes de Renan Lavigne peuvent espérer répéter leur performance d'il y a deux ans, contre des Britanniques qui enregistrent le retour de Nick Matthew. Un numéro 1 chasse l'autre chez leurs rivaux puisque Laura Massaro manquera à l'appel cette année. Camille Serme et les Bleues chercheront à surfer sur la vague de leur première médaille mondiale, mais elles auront néanmoins besoin d'un exploit en Finlande, contre une équipe qui compte quatre joueuses parmi les 16 meilleures mondiales... Alors que les hostilités commencent demain, voici la deuxième partie de notre présentation avec la compétition masculine.

Article de Jérôme Elhaïk

LES BLEUS, DEUX ANS APRÈS ?

1H

Deux ans après leur premier sacre au Danemark, Renan Lavigne et ses hommes espèrent à nouveau chanter La Marseillaise à Helsinki (Crédit photo : www.youtube.com)

Comme nous vous le disions hier, la rivalité France – Angleterre est bien plus ancrée dans l'histoire chez les hommes que les femmes : depuis l'an 2000, les deux grandes nations du squash continental se sont retrouvées seize fois en finale en dix-sept éditions : en 2007, la France privée de Grégory Gaultier et Thierry Lincou blessés avait été battue en demi-finale par les Pays-Bas. L'actuel numéro 2 mondial présente la particularité d'avoir disputé les seize finales, dont évidemment celle de 2015 au Danemark, premier titre dans l'histoire des Bleus. Dans une forme exceptionnelle depuis le début de l'année civile (quatre tournois remportés et série en cours de dix-neuf matches sans défaite), le « French General » sera évidemment leur atout majeur à Helsinki cette semaine. « C'est bien sûr un gros avantage d'avoir un tel joueur dans l'équipe, confie l'entraîneur national Renan Lavigne. Mais au-delà de ses propres performances, j'espère que la confiance actuelle de Greg rejaillira sur toute l'équipe, et que ses coéquipiers augmenteront leur niveau d'exigence. »

J'espère que la confiance actuelle de Grégory Gaultier rejaillira sur toute l'équipe.” Renan Lavigne, entraîneur national. 

Quid du groupe de la France ? Comme son homologue Philippe Signoret, Lavigne indique « qu'on le connaissait à l'avance car les poules sont établies en fonction des résultats de l'année précédente. Ce qui soit dit en passant n'est pas toujours très judicieux car ça ne tient pas compte des changements au sein des équipes. La notre est composée de formations homogènes (Écosse, Finlande, République Tchèque), mais qui n'ont pas de numéro 1 très fort. On se méfie des Écossais, qui commencent à avoir une certaine expérience. » En terminant troisièmes l'an dernier, Alan Clyne et ses équipiers - « de vrais combattants » selon le numéro 2 Français Mathieu Castagnet – avaient décroché leur première médaille depuis 1994. « Le profil de l'autre poule est un peu différent, continue Lavigne. Il y a quatre leaders très forts (Nick Matthew, Simon Rosner, Borja Golan et Nicolas Mueller). On pourrait donc potentiellement assister à de très gros matches, même s'il arrive fréquemment que certains se déplument (sic) volontairement pour reposer leur numéro 1, par exemple contre l'Angleterre s'ils estiment qu'ils n'ont aucune chance de gagner. On a même déjà eu ce cas de figure en demi-finale ! Personnellement, ces calculs ne me dérangent pas, je suis totalement focalisé sur mon équipe. On prendra évidemment chaque rencontre au sérieux, tout en ne laissant rien au hasard. Si on en a la possibilité, on essaiera de faire tourner afin d'arriver au top pour une éventuelle finale contre l'Angleterre. » L'entraîneur national fait évidemment référence aux blessures de Mathieu Castagnet. Si en 2015, le natif de Saintes avait apporté une contribution décisive au sacre de son équipe malgré des soucis au dos, sa blessure aux adducteurs en poule l'avait mis sur la touche l'an dernier. Le début de longs mois de galère pour un Castagnet qui espère que « (sa) fraîcheur mentale et physique fera la différence en Finlande car je n'ai pas eu la même saison que les autres joueurs. Nous ne devrons négliger aucune équipe au cours de la compétition. Car dans le cas contraire, la conséquence peut être une baisse du niveau d’exigence et du coup une perte d’énergie. Et, on sait tous qu'on en aura besoin pour atteindre notre unique objectif : la médaille d'or. » 

2H

Malgré des soucis au dos, Mathieu avait joué un rôle déterminant dans le titre de 2015 (en haut), avant d'être privé de finale l'an dernier (Crédits photo : medias.lequipe.fr et EuroSquash2016)

Dans cette optique, le retour en forme de son numéro 2 est évidemment une très bonne nouvelle pour l'équipe de France. Avec notamment une victoire référence contre James Willstrop au British Open, un joueur qu'il pourrait retrouver samedi en finale ... Les deux autres titulaires, Grégoire Marche et Lucas Serme sont également des habitués, puisqu'ils disputeront respectivement leur huitième et cinquième championnat d'Europe par équipes. « Le niveau entre les joueurs Français se resserre et c'est une très bonne chose, nous confiait récemment Grégory Gaultier. Pour aller loin dans une compétition, on a besoin d'une équipe homogène. J'ai remarqué que Lucas avait passé un cap récemment. Il est beaucoup plus solide qu'avant, je pense qu'il a compris pas mal de choses qui lui ont permis d'étoffer son jeu. » Au point de remporter son premier titre champion de France en février, en battant d'ailleurs Marche en finale. La forme actuelle de ses joueurs sera-t-elle suffisante pour faire tomber les Anglais ? « Une chose est sûre, indique Lavigne, quand je regarde les quatre matches d'une éventuelle finale, je me dis qu'ils peuvent tous aller dans les deux sens et que ça peut donner une rencontre très serrée. » Car dans les rangs adverses, Nick Matthew fait son retour après avoir manqué les deux dernières éditions. « Je suis ravi de retrouver la sélection, dont je n'ai plus fait partie depuis les Jeux du Commonwealth 2014 à cause des blessures, indique-t-il (Source : England squads announced ahead of European Senior Championships). Ça me manquait vraiment et j'ai hâte de retrouver les gars, notamment Declan James. Il me confiait récemment à quel point il avait hâte de faire ses débuts dans l'équipe. Je lui ai dit qu'il n'avait seulement besoin que d'une centaine de sélections pour nous rattraper James Willstrop et moi... En tous les cas, la France aligne une équipe très solide et il va falloir être forts pour conserver notre titre. »

3H

Nick Matthew et Grégory Gaultier, qui s'étaient livrés une bataille dantesque en demi-finale du championnat du monde par équipes 2013 à Mulhouse, pourraient bien se retrouver en finale samedi (Crédit photo : www.squashmad.com) 

Similitude entre les équipes de France masculine et féminine : tout en sélectionnant ses habituels titulaires, Renan Lavigne a apporté du sang neuf en faisant appel au jeune Benjamin Aubert (voir l'article Benjamin Aubert, le cinquième homme). « L'an dernier Geoffrey Demont était indiscutable, déclare-t-il, mais cette année il y avait plusieurs prétendants à cette cinquième place et aucun ne se dégageait franchement. Lancer un jeune de 19 ans est un choix fort, qui concerne à la fois le présent et l'avenir. Le fait qu'il ait remporté son premier tournoi à Annecy a évidemment compté dans mon choix. Il a accumulé quelques pépins physiques depuis son intégration au Pôle France, mais on est en train de faire un gros travail de réathlétisation en ce qui le concerne. C'est un garçon qui vit pour le squash, mais surtout qui « sent » le jeu. Il n'a évidemment pas l'expérience de ce genre de compétitions, mais c'était le moment de le lancer dans le grand bain. Ce sera intéressant de voir s'il peut augmenter son niveau d'exigence, notamment dans la préparation des matches. » Aubert – « un garçon que j'apprécie beaucoup, confie Gaultier,très curieux et vraiment à l'écoute » - est évidemment ravi de cette première cape, à laquelle il ne « s'attendait pas du tout au vu de ma saison. Je suis content de pouvoir représenter mon pays, mais je dois prouver que je mérite cette place, et ça me motive encore plus. »

4H

Renan Lavigne a effectué un choix fort en faisant appel à Benjamin Aubert (Crédit photo : ffsquash)

LE MONDE EN LIGNE DE MIRE

Pour Renan Lavigne, ce championnat d'Europe est évidemment un gros objectif en soi, mais en toile de fond il y a également le championnat du monde. Il se déroulera en décembre à Marseille, quatre ans après la dernière édition à Mulhouse (celle de 2015 en Égypte avait été annulée pour des raisons de sécurité). Seulement quatre joueurs seront sélectionnés (les rencontres se disputent avec trois joueurs contre quatre en Europe), et « objectivement il y a 80 % de chance que ce soit Gaultier, Castagnet, Marche, et Serme, » indique Lavigne. « Mais on ne sait jamais ce qui peut se passer et les autres doivent avoir pour objectif de semer le doute dans mon esprit. Ou ne serait-ce qu'avoir la volonté de faire partie d'un groupe élargi pour le stage préparatoire à la compétition. »

7

Médaillés de bronze en 2013 à Mulhouse, Gaultier et les Bleus viseront encore plus haut à Marseille (Crédit photo : www.squashsite.co.uk)

Le message est donc clair pour Aubert et les autres prétendants, « les choses ne sont pas figées. Mon mode de fonctionnement évolue au fil des années. Les Anglais, ils ne s'embêtent pas, ils prennent tout simplement les joueurs les mieux classés en PSA. Mais ce n'est pas ma philosophie, j'accorde de l'importance à d'autres critères. Par exemple, en 2015 j'avais fait le fait le choix de prendre six joueurs, et je me souviens qu'un Baptiste Masotti avait joué un rôle très important dans la vie du groupe. Je le répète, cette année il y avait plusieurs prétendants à la place de remplaçant et ça s'est joué à peu de choses : Auguste Dussourd par exemple est celui qui a fait les meilleures perfs sur le circuit en battant deux fois le n°65 mondial, donc peut-être qu'il aurait été sélectionné s'il avait terminé troisième au championnat de France. Les réactions des intéressés à leur non-sélection ont d'ailleurs été assez diverses. Le constat, c'est que pour le moment tous ces joueurs ne parviennent pas à s'installer durablement ans le top 100 mondial, et qu'ils doivent gagner en régularité. »

“Quand on a dans son équipe celui qui est actuellement le meilleur joueur au monde, c'est difficile de viser autre chose que l'or ...”

Concernant le championnat du monde, Lavigne et les joueurs sont ravis qu'il se déroule à Marseille, « tout près de là où la plupart d'entre nous s'entraînent (au pôle France à Aix). On espère maintenant que l'évènement bénéficiera d'une belle promotion, car les gens ont parfois du mal à se mobiliser dans la région. » En attendant, tout sera fait pour amener les joueurs au top pour cette compétition, « ainsi que le championnat du monde individuel qui aura lieu dix jours après. Contrairement aux autres, Greg (Gaultier) ne disputera pas les Jeux Mondiaux (fin juillet à Varsovie), et reprendra la compétition tranquillement avec le championnat d'Europe individuel fin août. Notre objectif, ce sera évidemment l'or, malgré la forte concurrence de l’Égypte et l'Angleterre, sans oublier d'autres nations comme Hong-Kong dont il faudra se méfier. Le championnat a lieu dans six mois, mais quand on a dans son équipe celui qui est actuellement le meilleur joueur au monde c'est difficile de viser autre chose ... »

 

MODE D'EMPLOI

Poule A : [1] Angleterre, [4] Allemagne, [5] Espagne, [8] Suisse

Poule B : [2] France, [3] Écosse, [6] Finlande, [7] République Tchèque

--- Programme complet sur Tournament Software

Les matches de poules se disputent mercredi et jeudi. Les deux premiers sont qualifiés pour les demi-finales (1er poule A-2ème poule B et 1er poule B-2ème poule A). Les demi-finales ont lieu vendredi et la finale samedi. Les équipes classées 7ème et 8ème sont reléguées en Division 2 (les 2 premiers de D2 accèdent en D1).

Matches à suivre en streaming gratuit sur Squash Finland

 

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Revivez la finale hommes 2016 (à 4h45)

La compétition démarre demain avec à 11 heures France - Espagne (femmes) et à 16 heures France -République Tchèque (hommes).

< Retour