Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actualités

PRÉSENTATION DU CHAMPIONNAT DE FRANCE 2ème SÉRIE - PARTIE 2

Événements 17/03

Inaugurée il y a un peu moins d'un an, la Maison du Squash à Sautron (près de Nantes) accueille ce week-end son premier championnat de France, celui des deuxièmes séries.

Nous vous avons présenté hier le tableau masculin, avec son favori Aurélien Gontero et ses prétendants : Thierry Scianimanico, Théo Parent, Alex Dubarry etc. Chez les femmes, Laetitia Estournes aimerait bien monter sur la première marche du podium après quatre finales perdues. Pour l'en empêcher, on pense à Charlotte Demange, finaliste l'an dernier, et comme chez les hommes à la jeune génération, en premier lieu Marion Romba et Yuna Loaec.

Affiche

Article de Jérôme Elhaïk

ESTOURNES PEUT-ELLE VAINCRE LE SIGNE INDIEN ?

Au moment d'établir la liste des prétendantes, on pense immédiatement à Laetitia Estournes. La joueuse de Pessac, ancienne membre des équipes de France en jeunes, a été finaliste malheureuse quatre fois (en 2011, 2012, 2013 et 2015) ! Forfait à la dernière minute l'année dernière, nul doute qu'elle espère enfin décrocher l'or à Nantes. 

Estournes

Quatre fois médaillée d'argent, Laetitia Estournes parviendra-t-elle enfin à décrocher le titre ? (Crédit photo : Squash Pessac)

Charlotte Demange a également échoué en finale, il y a douze mois à Bron. A 21 ans, elle fait figure d'ancienne par rapport à une bonne partie des joueuses du tableau, dont la moyenne d'âge est très basse. Même si elle ne dispute plus beaucoup de tournois, elle pourra s'appuyer sur son expérience acquise chez les jeunes. « Je vis à Lyon depuis cette année pour mes études, raconte-t-elle. Je suis en alternance et je n'ai pas trop le temps de m'entraîner même si je donne des cours de squash dans une salle de sport. En ce qui concerne les compétitions, à part les journées par équipes avec La Rochelle et les qualifications, je n'en ai disputé aucun cette saison. Mais je compte aborder ce championnat de France comme d'habitude, avec l'envie de me faire plaisir sur le court. »

CD

Charlotte Demange (à droite) avait échoué en finale contre Chloé Mourier l'an dernier (Crédit photo : Ligue Rhône Alpes)

Pour leur barrer la route, on pense avant tout à la jeune génération : Marion Romba et Yuna Loaec ont été championnes de France -15 ans en 2015 et 2016, et feront d'ailleurs également partie des favorites pour le titre chez les -17 ans, le weekend prochain à Blagnac. La joueuse de Lanester a intégré le pôle espoirs de Châtenay-Malabry à la rentrée, mais son début de saison a été marqué par trois mois d'arrêt pour cause d'une blessure au dos. « Je ne me mets pas de pression particulière, indique-t-elle, j'ai envie d'aller au bout mais je veux surtout prendre un maximum de plaisir sur le terrain, en me battant tout en mettant en place ce que je travaille à l'entraînement. Les semaines à venir sont en effet excitantes, avec ces deux championnats de France mais aussi les sélections pour les championnats d'Europe. Je me prépare depuis la reprise, je travaille dur, quoiqu'il arrive je continuerai à travailler pour encore progresser. Je ne peux pas avoir de regret, car je donne mon maximum à l'entraînement. Il y a tellement d'opposition sur toutes les compétitions - nationales ou internationales – que l'on ne peut pas se projeter sur d'hypothétiques résultats : chaque match a sa vérité et chaque joueuse que je rencontre a ses qualités. C'est à moi de m'exprimer sur le court en prenant du plaisir, car le squash reste un jeu ! »

YL

Grosse semaine pour Yuna Loaec qui va disputer deux championnats de France consécutifs (Crédit photo : Emmanuelle Boyer)

Derrière Romba et Loaec, le tableau féminin comporte de nombreuses jeunes joueuses, une dizaine au total : des -19 ans comme Emma Tauzin ou Axelle Legrand, mais aussi l'intégralité du podium du dernier championnat de France -15 ans : Cléo Jahard, Ninon Lemarchand et Mahé Asensi. Ce sera pour elle une belle opportunité d'emmagasiner de l'expérience et se frotter à des jeux différents, comme celui de Typhaine Anghilleri. Cette ancienne joueuse de badminton de haut niveau avait remporté le championne de France 3ème série en 2014, avant de prendre la quatrième place du 2ème série l'an dernier.

 

L'HOMME FORT DE LA MAISON DU SQUASH

La Maison du Squash, c'est avant tout le projet d'un passionné de la discipline, Mathieu Fort. Ce dernier aurait rêvé de disputer le championnat de France dans le club qu'il a monté il y a un peu moins d'un an, mais une rupture du tendon d'Achille en a décidé autrement. Entretien avec le maître des lieux.

Sur le championnat de France 2ème série

On est vraiment très content d'accueillir notre première compétition nationale, même si on a également reçu le tournoi PSA en septembre. C'est une superbe compétition, peut-être celle que je préfère en France, qui regroupe les meilleurs joueurs amateurs du pays. J'y ai participé plusieurs fois, avec notamment une médaille de bronze en 2012. Quand on nous a confiés l'organisation, j'étais vraiment ravi à l'idée de la disputer dans mon club, et cette blessure est tombée au mauvais moment. Maintenant ça va mieux, mais je commence à peine le travail de renforcement du mollet donc le timing était vraiment trop juste. Est-ce que ça va être difficile de regarder les matches ? Pour l'instant j'ai tellement la tête dans le guidon que je n'y pense même pas, on verra le jour J …

MF

Médaillé de bronze en 2012, Mathieu Fort aurait bien voulu améliorer son meilleur résultat à la maison (Crédit photo : sitesquash)

Concernant le tableau de cette année, tout le monde voit Aurélien Gontero favori, mais je pense que les conditions de jeu et nos courts pas très rapides ne conviennent pas forcément à son jeu d'attaquant. Il faut construire les échanges, ce qui pourrait favoriser un joueur comme Thierry Scianimanico. Il y a un bon mix entre les « vieux » et les jeunes, dont certains que je n'ai pas vu jouer récemment, par exemple un Noah Hateau qui a eu de bons résultats. Il y a aussi Julien Basora, Réunionnais comme moi. Je ne suis pas objectif car c'est mon meilleur pote, mais il risque d'en surprendre plus d'un avec son jeu atypique, et je crois qu'il s'est bien préparé.

Sur les débuts de la Maison du Squash

Le bilan est pour l'instant satisfaisant. On a un beau club, dans une belle ville qui ne comportait que 8 courts de squash. Je dirais que le démarrage a été un peu décevant, mais les gens avaient perdu l'habitude de jouer au squash, et le bouche à oreille a mis un peu de temps à faire son effet. Et comme le club est grand, quand il n'est occupé qu'à moitié, ça semble vide.

On a maintenant atteint un rythme de croisière, on arrive à une dizaine de réservations le midi. Par ailleurs, il y a de très bonnes synergies, à la fois entre le club et l'association et le club et la partie restauration. J'ai également de très bons retours des joueurs qui viennent faire des tournois, et étant compétiteur moi-même ça me tient évidemment à cœur. Enfin, on a un pro shop sympa, avec une quinzaine de raquettes, et il sera bientôt possible de commander en ligne.

MS

La Maison du Squash, un beau projet qui est pour l'instant une réussite (Crédit photo : Desiderare)

En ce qui concerne mon investissement, il est évidemment conséquent, ça représente environ 80 heures par semaine car je fonctionne tout seul sur la partie squash. Le seul point noir est que je ne vois pas beaucoup mes deux enfants, mais j'ai la chance d'avoir une épouse compréhensive qui ne met pas la pression (rires). Je me donne trois ans pour trouver un prof qui assurera les courts à ma place, mais ce n'est pas évident de trouver quelqu'un de motivé, de qualité et de confiance.

- Plus d'infos sur

Site Web Nantes Squash Sautron

Page Facebook Nantes Squash Sautron

Page Facebook Maison du Squash

Page Facebook évènement

- Palmarès du championnat de France 2ème série

- Infos pratiques et listes de qualifiées

 

Ne ratez pas notre compte-rendu de la compétition en début de semaine prochaine.

< Retour