Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actualités

CAMILLE SERME SUR UN NUAGE

Équipe de france 17/10

Un an et demi après son premier titre majeur au British Open, Camille Serme a vécu une semaine de rêve à Philadelphie. 

Sur un nuage à partir des quarts de finale, la Française a remporté l’US Open en battant les deux meilleures joueuses du monde, Laura Massaro et Nour El Sherbini, et en produisant un squash de haut vol. De bon augure pour le pays hôte à un peu plus d’un mois du championnat du monde par équipes à Paris.
« Quand je pense à où j’en étais il y a deux semaines, c’est fou de t’entendre dire que je viens de remporter l’US Open. Je n’arrive pas à y croire. » Dans un mélange de rires et de larmes (de joie), c’est par ces mots que Camille Serme a débuté son interview d’après-match au micro de l’ancien joueur Américain Gilly Lane, après sa fabuleuse victoire en finale à Philadelphie contre l’Égyptienne Nour El Sherbini. La conclusion d’une semaine de rêve pour la quintuple championne d’Europe. Qui en trois jours a battu les numéros 1, 2 et 6 mondiales, en produisant un squash incroyable et en affichant une détermination sans faille.
Que s’est-il passé il y a deux semaines ? Pour la première fois depuis plus de deux ans, la joueuse de l’US Créteil s’était inclinée au premier tour d’un tournoi, à Al-Ahram en Égypte. Qui plus est contre l’Anglaise Sarah-Jane Perry, une adversaire qu’elle dominait depuis les juniors. « Je ne sais pas si on peut parler d’un manque de confiance (évoqué par son entraîneur Philippe Signoret), nous confiait-t-elle après cette défaite. Mais plutôt d’une petite remise en question, en particulier concernant ma manière de travailler à l’entrainement. J’essaie de ne rien laisser au hasard et de bosser encore plus dur. Mais aussi d’aller plus loin dans ma compréhension du jeu, et des choses que je dois améliorer pour progresser. » Depuis deux ans, Serme est une membre incontournable du top 8 mondial et on la retrouve en permanence en quart de finale des World Series. Mais en juillet dernier, elle s’affirmait « déçue ne pas avoir atteint de finale depuis (ma) victoire au British Open en 2015, et de finir la saison seulement au 6ème rang mondial. Ce qui est frustrant, c’est que = j’ai perdu quelques matches très serrés, qui se jouent à des détails. »
 
Cette frustration, elle l’a donc complètement effacée aux États-Unis, et sa réaction après la balle de match en disait long sur son immense joie. Qu’elle a immédiatement partagée avec Signoret. « Camille a pris en main son destin, analyse ce dernier sur la page Facebook du pôle France de Créteil. Le challenge était pourtant très relevé face à El Sherbini, impressionnante depuis le début du tournoi. La tactique était simple : avancer coûte que coûte, intercepter le maximum de balles et attaquer avant son adversaire. Elle l’a tenue à la perfection. La numéro 1 mondiale a pourtant tout essayé, en cherchant notamment à frapper plus fort pour la faire reculer. Mais Camille a tenu bon et a aussi bien défendu qu’attaqué ! Elle était dans la fameuse ‘zone’ qui permet de tout réussir ou presque… British Open et maintenant US Open, elle choisit bien ses grandes victoires ! »
 
Même si elle avait déjà battue Massaro et El Sherbini pour remporter son premier World Series il y a dix-huit mois, cette victoire a une toute autre dimension. Les deux joueuses n’étaient « que » 4ème et 9èmemondiale à l’époque, alors qu’elles dominent depuis le circuit féminin (cinq des huit derniers World Series à elles deux). Pour les battre, Serme a sans aucun doute produit le meilleur squash de sa carrière. « C’était un match différent des deux précédents, a-t-elle indiqué après la finale. Nour m’a mise sous pression, mais comme tout au long de la semaine, je savais ce que je devais faire sur le court et j’ai continué à avoir confiance en ma stratégie. » Son succès fût donc technique, tactique mais aussi mental, car elle a géré à la perfection tous les moments importants : contre Massaro, elle est rejointe deux fois au score avant de dominer le jeu décisif. En demi-finale, l’Américaine Amanda Sobhy sauve une balle de match dans le troisième jeu, mais Serme repart de plus belle pour conclure 11-5 dans le quatrième. Et enfin en finale, menée 2-1 10-7 El Sherbini sauve deux premières balle de match mais Serme ne laisse pas passer sa chance et conclut sur une superbe volée de coup droit, alors que c’est sur le revers qu’elle a construit ses victoires (grâce à un nombre hallucinant de volées gagnantes tout au long de la semaine).
 
Cette victoire est également de très bon augure en vue du championnat du monde par équipes, qui approche à grands pas et que la France disputera à domicile. Les victimes de la Française à l’US Open sont toutes numéros 1 de leur pays et donc des adversaires potentielles à Paris. En attendant, Serme n’aura pas le temps de savourer très longtemps cet exploit : dès vendredi, elle sera à Brooklyn pour le Carol Weymuller Open (PSA 50 000 $). Où elle pourrait retrouver en finale une certaine Nour El Sherbini …
Article de Jérôme Elhaïk
Crédits Photos : US OPEN / SQUASHSITE
 
 
< Retour