Actualités F.F.SQUASH

Squash, un sport, une passion

Actus

CHAMPIONNAT DU MONDE INDIVIDUEL : RENDEZ-VOUS AU CAIRE ...

Événements 10/05

C'est l'un des grands rendez-vous de la saison : le championnat du monde individuel débute vendredi au Caire, avec le plus gros prize money de l'histoire de la discipline (1 100 000 $).

10 Français (6 hommes, 4 femmes) seront de la partie dans la capitale Égyptienne, et on a décrypté leurs chances en compagnie des entraîneurs nationaux, Renan Lavigne et Philippe Signoret.

Article de Jérôme Elhaïk 

DEUX CHOCS FRANCO-FRANÇAIS ...

Le championnat du monde, qui débute vendredi au Caire, est le point d'orgue d'une fin de saison surchargée. Si deux Français – Grégoire Marche et Victor Crouin – ont atteint les quarts de finale au Tournament of Champions (une première dans un tournoi Gold ou Platinum depuis 2017), l'enchaînement a été compliqué pour Baptiste Masotti et Sébastien Bonmalais, qui disputaient la finale du championnat d'Europe le samedi aux Pays-Bas et étaient sur le court le lundi à New York. « L'aller-retour a été éprouvant, et pour eux ça aurait été mieux de gagner pour oublier la fatigue, » glisse Renan Lavigne. « L'avantage, c'est que le championnat du monde arrive très vite et qu'il n'y a pas le temps de gamberger. » Si l'entraîneur national fera le voyage en Égypte, il ne pourra toujours pas coacher les joueurs Français pendant leurs matches. « Les entraîneurs se sont mobilisés à ce sujet pendant le British Open, et Mohamed ElShorbagy est monté au créneau sur les réseaux sociaux. On espère que les choses vont évoluer en début de saison prochaine, mais pourquoi pas dès maintenant ? Que les kinés ne puissent pas traiter les athlètes sur place et seulement dans leurs chambres d'hôtel est une autre incohérence ... » Concernant le tirage au sort, qui a accouché de deux matches 100 % Tricolores au premier tour, Renan Lavigne prend les choses avec philosophie. « Même si c'est préférable de s'étalonner face à des étrangers, d'un autre côté on peut se dire qu'on aura au minimum deux joueurs au deuxième tour ... C'est arrivé quelques fois ces derniers mois, et c'est un signe de bonne santé car ça veut dire qu'on a de plus en plus de Français dans les gros tournois. On ne s'étonne pas quand deux Égyptiens voire deux Anglais s'affrontent au premier tour ... »

➡️ Le premier de ces chocs franco-français opposera deux joueurs qui sortent d'un Tournament of Champions satisfaisant. Après avoir battu son compatriote Baptiste Masotti, Auguste Dussourd (n°39) a proposé une belle résistance à Miguel Angel Rodriguez. Même s'il estime « avoir eu des hauts et des bas, comme souvent, » à New York, le Parisien arrive en Égypte en confiance pour défier Grégoire Marche (n°13). « On sait qu'Auguste est capable d'élever son niveau sur un jeu, mais qu'il est en recherche de constance sur la durée d'un match, » indique Renan Lavigne. « C'est un premier tour intéressant pour lui, et il devra rentrer sur le court avec la détermination. Grégoire est bien sûr favori, cependant il ne pourra pas se permettre de prendre ce match à la légère. » Le numéro 1 Français a alterné le bon et le moins bon ces dernières semaines, avec des succès sur Joel Makin, Raphael Kandra et Nicolas Mueller, et à l'inverse deux douloureuses défaites face à Adrian Waller au championnat d'Europe, à chaque fois après avoir mené 2-0.

Grégoire Marche et Auguste Dussourd

Grégoire Marche (à gauche) sera favori mais devra se méfier d'un Auguste Dussourd en confiance après sa belle prestation au Tournament of Champions (Crédits photo : PSA World Tour)

S'il tient son rang, le Drômois pourrait retrouver James Willstrop (n°27), à condition que le vétéran Anglais batte le fantasque Ramit Tandon (n°46). « À son âge (NDLR : 38 ans), Willstrop cible des objectifs bien précis et son niveau, ainsi que la manière dont il se déplace sur le court, ne sont pas les mêmes d'un jour à l'autre. En finale du championnat d'Europe, il a été très solide face à Grégory Gaultier. » La bonne nouvelle pour Marche si ce match avait lieu est qu'il a remporté leurs trois dernières confrontations sans perdre le moindre jeu. « Avec sa vitesse, Greg met les joueurs de ce gabarit en difficulté, » indique Renan Lavigne. « D'un autre côté, il ne faut pas le laisser s'installer dans la partie, et toute perte de précision peut se payer cash. » S'il atteignait les 1/8ème de finale, Grégoire Marche ferait aussi bien qu'en 2015 et 2021. Pour viser encore plus haut, il lui faudra probablement battre Fares Dessouky (n°10), récent vainqueur du Canary Wharf Classic après un début de saison rendu compliqué par des soucis au dos. « C'est un joueur irrégulier et un peu imprévisible, mais on peut compter sur lui pour être au rendez-vous à l'occasion d'un championnat du monde dans son pays. »

➡️ Baptiste Masotti vs. Victor Crouin, c'est un choc entre les deux joueurs Français qui ont le plus progressé au classement cette saison, au point d'intégrer le top 20 mondial (ils sont aujourd'hui 21ème et 23ème). Juste avant leur unique confrontation, en janvier 2021 à Nancy (NDLR : remportée par Crouin en 3 jeux), le premier cité confiait qu'il perdait systématiquement contre son compatriote à l'entraînement. « L'implication constante de Victor lui pose des problèmes, » estime Renan Lavigne. « S'il veut espérer gagner, Baptiste devra être régulier dans la combativité, et son ratio points gagnants/fautes directes être positif. »

Baptiste Masotti & Victor Crouin

Le choc franco-français entre Baptiste Masotti (en haut) et Victor Crouin s'annonce très indécis (Crédits photo : PSA World Tour)

Après une période délicate suite à une blessure au mollet, le Niortais s'est remis dans le bon sens depuis quelques semaines et a réalisé un championnat d'Europe par équipe de belle facture, avec des succès sur James Willstrop et Simon Rösner. « C'était compliqué d'enchaîner avec le Tournament of Champions, » indique son entraîneur à propos de sa défaite face à Auguste Dussourd. « Il a mené au score la plupart du temps, mais a manqué de lucidité dans les fins de jeu. » Il aura face à lui un joueur qui a brillé à New York, réalisant une « belle prestation malgré sa défaite en quart face à Mazen Hesham, » et qui avait auparavant écarté Karim Abdel Gawad. C'est d'ailleurs le champion du monde 2016 que le vainqueur du match Masotti/Crouin pourrait retrouver en 1/16ème de finale. « Même si ça reste un client, ce serait une belle opportunité et on a vu que Victor lui avait posé de gros problèmes avec sa régularité. »

➡️ Le Suisse a pris sa revanche depuis au Tournament of Champions, mais la victoire de Lucas Serme (n°40) face à Nicolas Mueller à Manchester lui avait permis de retrouver de la confiance après un début d'année 2022 délicat sur le circuit PSA. Même s'il sera favori, il devra se méfier de son adversaire au premier tour, Tsz Kwan Lau (n°60), que Renan Lavigne connaît bien car il est venu s'entraîner à Aix-en-Provence il y a quelques mois. « Depuis que les Hong-Kongais ont été autorisés à sortir de leur pays, ils ont pu à nouveau se confronter et ont progressé au classement. Concernant Tsz Kwan Lau, c'est un joueur qui attaque beaucoup et est assez imprévisible, néanmoins Lucas est en mesure de le battre s'il joue à son niveau. » En ligne de mire, il y a un 1/16ème de finale face au roc Gallois Joel Makin, qui vient d'atteindre son meilleur classement (n°7).

Lucas Serme

Lucas Serme pourrait s'offrir un choc face à Joel Makin, à condition de battre le Hong-Kongais Tsz Kwan Lau au premier tour (Crédit photo : PSA World Tour) 

➡️ Même si sa blessure à la cheville contractée au championnat de France Élite a constitué un coup d'arrêt pour Sébastien Bonmalais, le meilleur classement atteint début mai (n°36) est une récompense du travail et des progrès accomplis par le Réunionnais. « C'est vrai que malgré sa belle perf sur Iker Pajares au British Open, il est en manque de victoires en PSA ces derniers temps, » analyse Renan Lavigne. « La finale du championnat d'Europe a également été compliquée, face à un adversaire – Nathan Lake – en forme et qui ne s'est pas posé de question. Seb a enchaîné les tournois, il avait la volonté de rattraper le temps perdu après avoir été touché par le covid. Néanmoins, il doit être plus à l'écoute de lui-même, et la coupure estivale sera l'occasion de refaire du travail foncier. » En attendant, le pensionnaire du pôle France a une belle opportunité de se relancer au Caire face à l'Espagnol Bernat Jaume (n°51). « Il s'est retrouvé en numéro 2 au championnat d'Europe après le forfait de Pajares, et a été en difficulté face à une opposition relevée, » ajoute Renan Lavigne. Si son protégé tient son rang, c'est un gros deuxième tour qui l'attend face à Diego Elias (n°5) ou Patrick Rooney (n°20). « Incontestablement l'un des chocs des 1/32ème de finale, et on peut d'ailleurs se demander pourquoi il y a 32 têtes de série chez les femmes, et seulement 16 chez les hommes, » conclut l'entraîneur national.

Sébastien Bonmalais

Sébastien Bonmalais a un premier tour à sa portée mais devra se méfier de l'Espagnol Bernat Jaume (Crédit photo : PSA World Tour)  

LES BLEUES VEULENT REBONDIR

L'absence de Camille Serme, opérée du tendon d'Achille en février, est un évènement : après avoir disputé son premier championnat du monde individuel en 2006, à l'âge de 16 ans, elle n'en avait manqué aucun depuis et s'était hissée quatre fois dans le dernier carré lors des cinq dernières éditions. Il y a quand même des bonnes nouvelles pour le squash féminin Français avec le retour de ses numéros 2 et 3, Mélissa Alves et Coline Aumard - absentes ces derniers mois en raison de blessures. Philippe Signoret sera présent au Caire, mais déplore comme son homologue Renan Lavigne l'impossibilité de coacher les joueuses pendant les matches. « Quand j'en parle avec des collègues d'autres disciplines, ils n'arrivent pas à croire qu'on en soit encore là après plus de deux ans de crise sanitaire ... » Concernant la récente quatrième place au championnat d'Europe par équipe, l'entraîneur national estime que la déception a été évacuée, et espère même qu'elle peut constituer un « nouveau départ. »

➡️ Après cinq mois d'absence sur le circuit international en raison d'une blessure à l'aponévrose plantaire, Mélissa Alves (n°30 mondiale) a fait son retour au Tournament of Champions. « Lors de ses deux matches face à Donna Lobban et Olivia Clyne, on a vu des signes d'une joueuse à la recherche de rythme et de constance, ce qui est totalement logique après une aussi longue absence, » analyse Philippe Signoret. Au premier tour, elle affrontera l'Égyptienne Zeina Mickawy (n°36), en manque de résultats et qui a reculé au classement en 2022. « Je crois qu'elle a eu quelques pépins physiques, » ajoute l'entraîneur national. « En tous les cas, c'est un match largement à la portée de Mélissa. » Si elle s'impose, la Guyanaise devrait normalement retrouver Sarah-Jane Perry (n°6) en 1/16ème de finale. « Pour les raisons que l'on sait, l'Anglaise n'est pas au top actuellement (NDLR : sa compagne a récemment donné naissance à leur premier enfant). Sa motivation était un peu en dents de scie au championnat d'Europe, mais elle savait aussi qu'elle avait une équipe très solide autour d'elle. Ça reste une joueuse de premier plan, néanmoins ça serait une belle opportunité pour Mélissa. »

Mélissa Alves

Après une longue absence due à une blessure au pied, Mélissa Alves a effectué son retour il y a quelques jours au Tournament of Champions (Crédit photo : PSA World Tour)

➡️ Les dernières semaines ont été riches en émotions pour Coline Aumard (n°39) : la Française a annoncé qu'elle prendrait sa retraite à la fin de la saison (en raison d'une blessure au genou), a effectué sa dernière apparition sous le maillot Bleu et s'est mariée il y a quelques jours. « Au championnat d'Europe, elle n'a pas eu de douleurs au genou, c'est plutôt son manque de compétition qui a posé problème, » estime Philippe Signoret. « Elle avait pas mal de courbatures, et elle me disait qu'il lui aurait fallu trois jours de récupération entre ses matches ... » Au Caire, elle affrontera la Malaisienne Rachel Arnold (n°35). « On la connaît bien et Coline sait comment la jouer. C'est une attaquante, qui va la faire travailler, mais qui peut aussi être irrégulière. » En cas de victoire, la Française a probablement rendez-vous avec la Galloise Tesni Evans (n°15), qui l'a battue en demi-finale du championnat d'Europe par équipe. « Elle est en train de revenir à son meilleur niveau, et la tâche serait difficile. Cela dit, Coline aborde ce championnat du monde, qui sera son dernier ainsi que son avant-dernier tournoi avant celui de l'ïle Maurice, sans aucune pression. »

Coline Aumard

Coline Aumard a annoncé qu'elle prendrait sa retraite en fin de saison, et va donc disputer son dernier championnat du monde (Crédit photo : Steve Cubbins)

➡️ Malgré sa défaite en trois jeux face à la jeune Malaisienne Sivasangari Subramaniam, Énora Villard (n°45) a livré une belle prestation au Tournament of Champions. « Ça l'a remise en selle après la déception du championnat d'Europe, » confie Philippe Signoret. (NDLR : elle s'était inclinée lors du match décisif dans la rencontre pour la médaille de bronze face à la Néerlandaise Tessa Ter Sluis, pourtant classée une vingtaine de places derrière elle). « Le contexte est totalement différent entre le circuit international et les compétitions par équipe, elle a clairement été bloquée par l'enjeu et n'a pas du tout joué à son niveau. Énora montre de très belles choses à l'entraînement, dont on ne voit malheureusement que des bribes en compétition à cause de la gestion du stress. » Quant au tirage au sort, qui a placé sur sa route Nouran Gohar, son entraîneur estime que « ça fait partie du jeu. Dans ce genre de situation, il ne faut pas partir battue d'avance mais essayer de voir le côté positif des choses : affronter la numéro 1 mondiale en Égypte, ça n'arrive pas tous les jours. »

Énora Villard

Opposée à la numéro 1 mondiale Nouran Gohar d'entrée, Énora Villard n'a pas été gâtée par le tirage au sort (Crédit photo : PSA World Tour)

➡️ Comme Mélissa Alves et Énora Villard, Marie Stéphan (n°55) sera opposée à une Égyptienne au premier tour, Hana Ramadan. « Une joueuse en forme, mais c'est évidemment mieux que d'affronter Gohar ... » estime Philippe Signoret, « On a bien préparé ce match à la vidéo, et Marie doit croire en ses chances. Quand je parlais plus haut de nouveau départ, je pensais notamment à elle. Même si malheureusement elle n'a pas eu de matches intéressants à Eindhoven, je sais qu'elle a compris pas mal de choses pendant cette semaine. À son retour des États-Unis il y a maintenant deux ans, il a fallu revoir beaucoup de choses dans son jeu. Même si elle a encore des lacunes, elle est sur la bonne voie et il ne faut pas oublier qu'elle n'a que 26 ans. » La gagnante du duel Ramadan/Stéphan affrontera probablement Rowan El Araby (n°8) au deuxième tour.

Marie Stéphan

En 2021-2022, Marie Stéphan a acquis davantage d'expérience des tournois majeurs (Crédit photo : Christian Lortat)

PAUL COLL VEUT MARQUER L'HISTOIRE

Qui sont les favoris de ce championnat du monde 2021-2022 ? Décryptage express des deux tableaux.

➡️ Après s'être hissé au sommet du classement il y a quelques mois, Paul Coll mettra-t-il fin au règne des Égyptiens (vainqueurs des cinq dernières éditions depuis le sacre de Grégory Gaultier en 2015) ? « La différence entre le squash et la plupart des autres disciplines, notamment olympiques, c'est que cette compétition fait partie du circuit international et que le nombre de joueurs par nation n'est pas limité, » confie Renan Lavigne. « Pour l'emporter, on peut être amené à battre six Égyptiens ... » S'il y parvenait, Coll deviendrait le deuxième Néo-Zélandais à remporter le championnat du monde, après Ross Norman en 1986 à Toulouse. Impressionnant au British Open, le Kiwi est le favori logique mais a un parcours semé d'embûches : Mazen Hesham (n°8 mondial) en 1/8ème de finale, Tarek Momen (n°6), qui l'avait battu en finale en 2019-2020, ou Joel Makin (n°7), en quart, et Mohamed ElShorbagy (n°3) voire Fares Dessouky (n°10) en demi. Dans le bas du tableau, les quarts de finale théoriques sont Mostafa Asal (n°4) - Diego Elias (n°5) et Marwan ElShorbagy (n°9)  - Ali Farag (n°2). Un tableau compliqué pour le tenant du titre, car non seulement le cadet de la fratrie s'est imposé lors de leurs quatre dernières confrontations mais Farag a également rendez-vous avec Youssef Ibrahim (n°12) en 1/8ème de finale.

Ali Farag & Nour El Sherbini

Lauréats en juillet 2021 à Chicago, les Égyptiens Ali Farag et Nour El Sherbini conserveront-ils leur titre de champions du monde ? Réponse le dimanche 22 mai (Crédit photo : PSA World Tour)

➡️ Même si elle a récemment perdu sa place de numéro 1 mondiale et manqué le British Open en raison d'une blessure, difficile de ne pas faire de Nour El Sherbini la favorite : l'Égyptienne a remporté cinq des six dernières éditions et élève toujours son niveau de jeu au championnat du monde. Si la logique est respectée, elle retrouvera Hania El Hammamy (n°3) pour une demi-finale explosive, sachant que l'on retrouve dans cette partie basse du tableau Sarah-Jane Perry (n°6), Salma Hany (n°7) ainsi que trois valeurs montantes du circuit, Georgina Kennedy (n°9), Olivia Fiechter (n°10) et Tinne Gilis (n°13), adversaire potentielle d'El Sherbini en 1/8ème de finale et qui l'a emmenée au cinquième jeu lors de leurs deux derniers affrontements. Dans le haut du tableau, qui peut stopper Nouran Gohar (n°1) ? Celle que l'on surnomme le "Terminator" a atteint la finale de 12 des 14 tournois auxquels elle a participé depuis un an ! Ses adversaires théoriques sur le chemin de la finale sont Tesni Evans (n°15), Rowan El Araby (n°8) et Amanda Sobhy (n°4) ou Joelle King (n°5).

Tableaux complets sur le site de la PSA : Championnat du monde individuel 2021-2022

DEMANDEZ LE PROGRAMME

Retrouvez ci-dessous les horaires des premiers matches des dix Tricolores engagés au championnat du monde individuel. Ceux ayant lieu sur les courts annexes (n°1, 2 et 3) devraient être proposés en streaming gratuit sur la chaîne YouTube et la page Facebook de la PSA. Les matches disputés sur les deux court vitrés seront diffusés sur SquashTV : celui du club S Allegria, pour les 1/32ème (8 matches), les 1/16ème (8 matches) et la moitié des 1/8ème de finale, et celui installé au Musée national de la civilisation Égyptienne pour l'autre moitié des 1/8ème, puis l'intégralité des matches à partir des quarts de finale. Tous les scores peuvent être suivis en direct sur le Live scoring de la PSA.

National Museum of Egyptian Civilization

À partir des quarts de finale, tous les matches auront lieu sur un court vitré érigé au Musée national de la civilisation Égyptienne (Crédit photo : National Museum of Egyptian Civilization NMEC)

Vendredi 13 mai : 1/32è de finale, haut de tableau

Hommes

12h45 : [13] Grégoire Marche 🇫🇷 - Auguste Dussourd 🇫🇷 / court n°2

14h15 : Baptiste Masotti 🇫🇷 - Victor Crouin 🇫🇷 / court n°3

18h15 : Lucas Serme 🇫🇷 - Tsz Kwan Lau 🇭🇰 / court n°2

Femmes

16h45 : [26] Hana Ramadan 🇪🇬 - Marie Stéphan 🇫🇷 / court n°1

17h30 : [30] Rachel Arnold 🇲🇾 - Coline Aumard 🇫🇷 / court n°3

18h45 : [1] Nouran Gohar 🇪🇬 - Énora Villard 🇫🇷 / court vitré, Club S Allegria

Samedi 14 mai : 1/32è de finale, bas de tableau

Hommes

14h15 : Sébastien Bonmalais 🇫🇷 - Bernat Jaume 🇪🇸 / court n°1

Femmes

16h45 : [24] Mélissa Alves 🇫🇷 - Zeina Mickawy 🇪🇬 / court n°1

Dimanche 15 mai : 1/16è de finale, haut de tableau

Lundi 16 mai : 1/16è de finale, bas de tableau

Mardi 17 mai : 1/8è de finale, haut de tableau

Mercredi 18 mai : 1/8è de finale, bas de tableau

Jeudi 19 mai : quarts de finale, haut de tableau

Vendredi 20 mai : quarts de finale, bas de tableau

Samedi 21 mai, demi-finales

Dimanche 22 mai, finales 

Suivez la compétition sur les supports officiels de la PSA (Site Web - Facebook - Twitter - Instagram), et les performances des Bleus sur notre compte Instagram


< Retour