Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

RETOUR SUR LES PLAY-OFFS N1 : CRÉTEIL ET AIX ÉTAIENT LES PLUS FORTS

Événements 19/06

Les championnats de France Interclubs version 2017-2018 ont rendu leur verdict le week-end dernier à Mulhouse ; les deux équipes qui avaient fini en tête de la saison régulière (Aix chez les hommes et Créteil côté féminin) ont confirmé en remportant le titre.

Retour sur la compétition en quelques points.

Article de Jérôme Elhaïk

Photos Christian Lortat

CRÉTEIL, L'ÉLOGE DE LA COHÉSION. En battant leurs grandes rivales de Mulhouse sur leurs terres en finale samedi après-midi, les filles de Créteil (Serme, Aumard, Villard) ont parachevé un exercice 2017-2018 parfait. Invaincues lors de la saison régulière, elles ont confirmé leur supériorité lors de ces play-offs, en ne perdant aucun match. Déjà lauréates en 2015, les Val-de-Marnaises remportent leur deuxième titre de championnes de France. « Mais il y a trois ans, ce n'était pas pareil car on avait affronté Mulhouse en demi-finale, » confiait Énora Villard. « Remporter ce titre en les battant en finale, qui plus chez elles, lui donne une saveur particulière. » La progression de leur capitaine est l'une des clés de la domination Cristolienne : en remportant les cinq premiers points du match d'ouverture de la demi-finale contre Chloé Mesic (Bourges), la numéro 3 Française avait donné le ton. Ce fût plus compliqué contre les Alsaciennes, mais en parvenant à déjouer le piège tendu par une Isabelle Stoehr surmotivée, Villard avait mis Camille Serme sur orbite. En sortant vainqueur du classique des play-offs face à Sarah-Jane Perry (quatrième affrontement consécutif !), après un match de haut niveau, la numéro 5 mondiale offrait la victoire à ses couleurs. « Gagner ce titre national pour notre club de cœur, c'est une grande fierté pour moi et mes coéquipières, qui sont aussi mes partenaires d’entraînement et mes amies, » ajoute Serme.

CR Play-offs N1 2018 Photo 1

Même si la finale face à Mulhouse n'a pas été un long fleuve tranquille, les filles de Créteil ont logiquement été sacrées championnes de France

Villard n'oublie pas les autres joueuses qui ont participé à des rencontres cette saison, « notamment Élise Romba, victime d'une grave blessure récemment et qu'on espère revoir rapidement sur les courts. » Cette cohésion sera également l'un de leurs atouts lors des Mondiaux par équipe (11-16 septembre en Chine). Comme au championnat d'Europe, elles composeront la sélection en compagnie de Mélissa Alvès (formée à Créteil, et qui y effectuera son retour à la rentrée après quatre ans passés en université américaine). En 2016, les Bleues avait créé l'exploit, obtenant à domicile une première médaille mondiale, derrière le duo intouchable Égypte – Angleterre. « On en a déjà parlé entre nous, » continue Serme. « La compétition va être très homogène, avec de nombreuses équipes qui peuvent viser le podium (États-Unis, Nouvelle-Zélande, Malaisie, Inde etc.). Ce sera donc difficile, mais nous irons en Chine avec des ambitions élevées ! » On suivra évidemment leur parcours avec attention ...

AIX, UNE SI LONGUE ATTENTE. La joie des Aixois samedi soir était à la mesure de l'attente. En s'imposant en finale face à Valenciennes, Jean-Michel Arcucci et ses hommes ont enfin remporté leur premier titre de champions de France, après cinq finales perdues et plusieurs autres participations aux phases finales. « Ce titre signifie beaucoup de choses, » racontait Fabien Verseille, l'un des membres historiques de l'équipe. « Aix, c'est ma ville, et mon club de cœur, je n'ai connu que lui (NDLR : il était déjà là aux play-offs de 2002 à Saint-Étienne, à 16 ans). On n'est pas passés loin plusieurs fois, notamment en 2011 où on avait raté le coche je pense. » Depuis, l'incendie qui avait ravagé le club du Set Aix fin 2014 a été un sacré coup dur. « On a eu quelques années très difficiles par la suite, » raconte le capitaine Jean-Michel Arcucci. « Mais je remercie les joueurs qui sont restés fidèles à l'équipe, notamment Grégory Gaultier. » Depuis plus de dix ans, le numéro 1 Français (qui avait remporté les Interclubs avec Rouen auparavant) évolue aux côtés de Arcucci et Verseille sous le maillot d'Aix. « On aurait aimés gagner avec une équipe 100 % française, » précise ce dernier, avec une pointe de regret. La saison 2017-2018 aura été celle de la nouveauté, avec l'ouverture du M Squash, plus grand club de France avec 12 courts, et la signature d'un partenariat avec Kiavosh Eslamdoust et sa société La Maison Nordique, qui a permis le recrutement de Paul Coll et Simon Rösner. Arcucci ne s'y est pas trompé, en remerciant l'homme d'affaires Parisien lors de la remise des prix. « Sans toi, remporter ce titre n'aurait pas été possible, et j'espère que notre collaboration va continuer. » L'avenir immédiat pour Aix passera par Eindhoven du 19 au 22 septembre, avec une première participation à la Coupe d'Europe des Clubs Champions.

CR Play-offs N1 2018 Photo 2

En battant Declan James, Simon Rösner (en haut à gauche) a envoyé ses partenaires Aixois dans une longue extase

MULHOUSE, LA FIN D'UN RÈGNE. C'est un événement dans le paysage du championnat de France Interclubs : pour la première fois depuis huit ans, Mulhouse a achevé une saison sans titre. Fin connaisseur de la discipline, son président emblématique Thierry Jung avait senti le vent tourner, répétant avant la compétition que « quoi qu'il arrive, notre parcours aura été exceptionnel. » Ce parcours, il s'est arrêté dès les demi-finales pour les garçons, pourtant quintuples tenants du titre, contre une équipe de Valenciennes remarquable de combativité. À l'image de Chris Simpson, dans l'obligation de gagner 3-0 dans le dernier match contre Baptiste Masotti. Après avoir écarté une balle de jeu (et donc de finale pour le Mulhousien) dans la première manche, l'Anglais allait prendre le contrôle des opérations, envoyant les Nordistes en finale pour la deuxième année consécutive. Le lendemain, les Alsaciens ont assuré l'essentiel en décrochant le bronze, mais que ce fût difficile contre une équipe de Toulon diminuée et pourtant très accrocheuse. 

CR Play-offs N1 2018 Photo 3

Que ce soit pour ses joueurs ou ses dirigeants, Thierry Jung en tête (en haut à droite), c'est maintenant le temps de la réflexion pour le Mulhouse Squash Club

« Il faut tirer les leçons de cet échec, » disait le capitaine Mathieu Castagnet, passé tout près de la défaite contre le vice-champion du monde junior Victor Crouin. « On espère que Thierry va continuer,» ajoutait Masotti, alors que l'hypothèse d'un possible retrait de Jung, qui a été contrarié par le retrait de la candidature de Mulhouse pour la Coupe d'Europe des Clubs, a été murmurée pendant le week-end. Ça sent donc la fin de cycle en Alsace, alors que Castagnet évoquait la nécessité de régénérer l'équipe. Qu'il reste ou non, le dirigeant Mulhousien a déjà amorcé ce renouvèlement chez les filles, en recrutant Léa Barbeau (17 ans) et Ninon Lemarchand (15 ans). « L'année a été compliquée pour nous, avec la retraite de Laura Pomportes et les blessures de Cyrielle Peltier, » disait-il avant la finale. Ajouté à cela les défections des joueuses étrangères (Nele Gilis et Nouran Gohar), Jung a dû faire appel à Isabelle Stoehr (39 ans) et Natalie Grinham (40 ans), deux immenses championnes mais dont la carrière est derrière elles. Même si la multiple championne de France a tout donné, elle a dû rendre les armes face à la jeunesse d'Énora Villard. Les prochaines semaines seront sans doute placées sous le signe de la réflexion en Alsace. Affaire à suivre ...

VOUS AVEZ DIT FIN DE SAISON ? Si pour la plupart les joueurs ont terminé leur saison au moment des play-offs, la compétition n'a rien d'amicale. Preuve en est, l'intensité de certains matches disputés sur les parquets Alsaciens le week-end dernier. On pense notamment à ceux de Bernat Jaume, qui n'aura fait le voyage pour rien : l'Espagnol de Toulon a poussé Simon Rösner au cinquième jeu, avant de s'offrir l'ancien numéro 1 mondial James Willstrop. Dans la même rencontre, son jeune équipier Victor Crouin a entrevu la victoire contre son aîné Mathieu Castagnet, menant 8-5 dans le cinquième jeu avant de s'incliner 11-9. On pense également à la demi-finale Mulhouse – Valenciennes, avec un Rohrmuller – Lavigne très disputé, et un troisième jeu de très haute volée entre Mathieu Castagnet et Declan James. Chez les filles, même si la victoire de Créteil ne souffre d'aucune contestation, les matches de la finale (Villard – Stoehr et Serme – Perry) ont été âprement disputés. 

CR Play-offs N1 2018 Photo 4

Même si les joueurs ont terminé leur saison sur le circuit international il y a quelques semaines, de nombreux matches ont été âprement disputés sur les parquets Alsaciens le week-end dernier

DU BOULOT POUR LES ARBITRES. Qui dit matches disputés, dit interférences, décisions d'arbitrage et contestations. Celles-ci ont été (trop ?) nombreuses en Alsace, notamment lors d'une rencontre Mulhouse – Toulon où la température est montée très haut. C'est donc l'occasion de souligner le travail des hommes en gris (la couleur de leur polo) : Christophe Gimenes, Simon Saunders, Nicolas Barbeau et Yann Bonguardo. Une tâche difficile dans une discipline aussi rapide et où la plupart des décisions sont soumises à interprétation. Mais dont ils s'acquittent avec courage et compétence, car oui, ne pas faire d'erreur est impossible. À l'heure où la tendance va vers une diminution voire une suppression des interactions (à l'image de la sanction très dure infligée à Camille Serme lors des finales des World Series à Dubaï), le juge-arbitre Luc Fullenwarth et le Directeur Technique National Bruce Neuffer ont souligné la nécessité pour les joueurs de respecter les arbitres, notamment dans un souci d'image en vue de la candidature olympique. Car oui, Paris 2024 c'est déjà demain ... 

CR Play-offs N1 2018 Photo 5

Les quatre arbitres (en haut, en compagnie du juge-arbitre Luc Fullenwarth) ont été mis à rude épreuve pendant ces play-offs

2018-2019, SAISON DU CHANGEMENT. On aura l'occasion d'en reparler au cours des prochaines semaines, mais 2018-2019 sera la saison du changement. Ou plutôt d'un retour en arrière, puisqu'après trois saisons de séparation, on reviendra à des play-offs réunifiés N1-N2-N3 dans douze mois. Nouveau règlement également, puisque les équipes masculines devront aligner au moins 2 joueurs français, contre un seul à l'heure actuelle. Un chamboulement relatif, puisque la plupart le faisaient déjà, mais qui devraient faire des Tricolores, notamment les jeunes, des cibles privilégiées lors du mercato. Un marché des transferts qui s'est ouvert hier avec l'officialisation de l'arrivée de Nick Matthew au Seynod Annecy Squash, promu en Nationale 2 mais qui ne devrait pas y rester très longtemps …

 

REVUE DE PRESSE

(cliquez sur l'image pour accéder à la version électronique)

 

CR Play-offs N1 2018 Photo 9

 

 

CR Play-offs N1 2018 Photo 8

 

CR Play-offs N1 2018 Photo 6

 

CR Play-offs N1 2018 Photo 7

 

 

< Retour