Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

PLAY-OFFS NATIONALE 1 : LES DEMI-FINALES EN UN CLIN D’ŒIL

Événements 16/06

Alors que les finales du championnat de France Interclubs ont lieu à partir de 14 heures samedi, retour express sur ce qui s'est passé hier soir à l'Espace Squash 3000 à Mulhouse.

Article de Jérôme Elhaïk

N1 HOMMES : MULHOUSE PERD SON TITRE, UNE FINALE INÉDITE

Pressenti comme le point d'orgue de la journée de vendredi, la demi-finale masculine Mulhouse – Valenciennes a répondu aux attentes, accouchant finalement d'un double événement : non seulement les Alsaciens ont perdu en playoffs pour la première fois depuis la finale de 2012, mais on sait aussi que c'est un nouveau champion de France qui sera sacré ce weekend ! Clin d’œil du destin : il y a six ans, Mulhouse s'était incliné face au Marseille de Renan Lavigne et Mathieu Castagnet. En s'imposant dans le match décisif, ce dernier avait permis aux Phocéens de gagner de 8 points, avant de rejoindre le club Alsacien quelques mois plus tard. Hier, le capitaine de Mulhouse s'est retrouvé dans la situation inverse … Rudi Rohrmuller s'était pourtant imposé en ouverture face à Lavigne, mais le match fût plus bien disputé que l'an dernier en finale. Sans un sursaut de l'Allemand en fin de quatrième jeu, l'entraîneur de l'équipe de France (et capitaine Nordiste) aurait même pu l'emmener dans une cinquième manche décisive. Scénario étonnant lors du match des numéros 1 : après le gain du premier jeu, ce fût la panne de courant pour James Willstrop contre Cameron Pilley. Le score des deux derniers jeux (11-2, 11-2 pour l'Australien de Valenciennes) allait avoir son importance lors du décompte final. Sur la lancée de sa forme récente, Mathieu Castagnet se montrait ensuite très incisif d'entrée contre Declan James. Mais l'Anglais se mettait au diapason lors d'un magnifique troisième jeu, remporté par le Français au bout d'un tie-break haletant (14-12). L'équation était donc la suivante avant le dernier match : Baptiste Masotti avait besoin d'un jeu pour envoyer les Mulhousiens en finale (situation semblable à celle qu'il avait vécue en finale du championnat d'Europe avec la France début mai), alors qu'en cas de victoire 3-0, Chris Simpson et Valenciennes étaient sûrs de l'emporter au nombre de points marqués. L'Anglais se retrouve au pied du mur à 9-10 dans le premier jeu, mais ce fût le tournant du match : il remporte ce point crucial puis le jeu, prenant ensuite progressivement le contrôle du match. Mené 2-0 et mal embarqué dans le troisième jeu, Masotti jette toutes ses forces dans la bataille, mais ce sera insuffisant. Les Alsaciens savent déjà qu'ils ont perdu leur titre, alors qu'il faudra quelques secondes aux Nordistes pour réaliser : ils sont en finale, et affronteront Aix ce samedi. 

Résumé J1 Photo 1

En s'imposant face à Baptiste Masotti, Chris Simpson (au premier plan) a envoyé Valenciennes en finale (Crédit photo : Christian Lortat)

Grégory Gaultier (laissé au repos) et ses équipiers se sont certes logiquement imposés face à Toulon, mais même avec un seul étranger, les Varois ont vendu (très) chèrement leur peau. Après la défaite de Pascal Luciani face à Fabien Verseille, Bernat Jaume a sérieusement bousculé Simon Rösner. Mené 2 jeux à 1, le numéro 5 mondial a dû se faire violence pour prendre le dessus sur l'Espagnol, mettant ainsi les Aixois en très bonne position (2 matches à 0, 6 jeux à 2). Victor Crouin réduisait l'écart grâce à un très beau succès sur le Tchèque Koukal, mais on savait la mission compliquée pour le numéro 3 Toulonnais Fabrice Mattei : la logique fût respectée, et en s'imposant 3-0, Benjamin Aubert envoyait Aix en finale. Une finale inédite qui les opposera à Valenciennes, avec la clé un premier titre de champion de France pour le vainqueur ! Les Provençaux seront favoris, mais on peut s'attendre à une rencontre disputée de bout en bout.

Résumé J1 Photo 2

Simon Rösner (Aix) a dû sérieusement s'employer pour faire respecter la hiérarchie face à Bernat Jaume (Toulon) (Crédit photo : Christian Lortat)

N1 FEMMES : MULHOUSE - CRÉTEIL, COMME ON SE RETROUVE ...

Plutôt que s'attarder sur les demi-finales, qui ont été à sens unique, projetons-nous sur la finale : Mulhouse n'a pas tout perdu vendredi, puisque son équipe féminine sera en lice aujourd'hui pour remporter un huitième sacre en neuf ans, après sa victoire attendue contre les outsiders Lorientaises. Les Alsaciennes retrouveront une nouvelle fois leurs grandes rivales de Créteil. Mais leur président Thierry Jung prévoit « une rencontre difficile. Notamment en raison des progrès de leur numéro 3 Enora Villard, un poste qui a souvent été à notre avantage dans le passé. » En raison des absences de Laura Pomportes et Cyrielle Peltier, c'est la capitaine Isabelle Stoehr (39 ans) qui a repris le flambeau ce weekend. L'ancienne n°10 mondiale possède certes une expérience et une vitesse de bras hors du commun, mais le manque de compétition risque de s'avérer un handicap difficile à combler face à Villard (qui s'était d'ailleurs nettement imposée face à son aînée lors de de la journée d'avril). 

Résumé J1 Photo 3

À l'image d'Énora Villard, les joueuses de Créteil n'ont pas fait de détail en demi-finale face à Bourges (Crédit photo : Christian Lortat)

À l'image de leur capitaine, les Cristoliennes ont été impressionnantes de détermination vendredi en demi-finale, face à une équipe de Bourges rapidement à court de solutions. « On a fait le job, et on n'a pas gaspillé trop d'énergie en vue de la finale de demain, » nous disait Villard après la rencontre. « Tous les scénarios sont possibles, » ajoute Thierry Jung, « mais l'un d'entre d'eux eux est que ce soit terminé après deux matches ... » En cas de victoire face à Stoehr, Villard placerait en effet Camille Serme en situation idéale face à Sarah-Jane Perry. Un véritable classique des play-offs, puisque ce sera le quatrième affrontement consécutif entre ces deux joueuses du top 10 mondial. Et si un troisième match était nécessaire pour départager les deux équipes, ce serait tout simplement un copier-coller de 2017, entre Coline Aumard et Natalie Grinham. À Montpellier, la Néerlandaise avait été impressionnante de justesse tactique pour donner le titre à son équipe. Mais à tout juste 40 ans, serait-t-elle en mesure de rééditer cet exploit face à une numéro 2 française qui a semblé très affûtée hier ? Réponse à toutes ces questions cet après-midi ...

Résumé J1 Photo 4

Camille Serme (en blanc) face à Sarah-Jane Perry en finale des playoffs, comme un air de déjà vu ... (Crédit photo : FFSquash)

 

Tout sur la journée de vendredi

Vidéos (Court 1 - Court 2)

Photos 

Le fil rouge et les réactions

 

< Retour