Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

PLUS SAIN, PLUS PRODUCTIF, PLUS EXIGEANT... LE SQUASH À L'HEURE DU DATA

Développement du squash 21/04

Le saviez-vous ? Le squash a longtemps été reconnu comme l'un des sports de raquette les plus exigeants, sinon le plus exigeant. Les données de matchs des joueurs au plus haut niveau mondial ont été analysées... Résulats impressionnants !

Revenons quelques semaines en arrière. On se retrouve lors du Swedish Open et le fameux match entre Mathieu Castagnet Tarek Momen. Lors de ce tournoi, les données de certains joueurs ont été analysées.

Le match entre l’égyptien et le français avait duré 97 minutes. Quand Tarek Momen a quitté le terrain après sa victoire sur Mathieu Castagnet, il avait couvert près de 5 km, frappé la balle près de 1000 fois et parcouru en moyenne 48 mètres par point joué.

Plus de 60% du match (soit plus de 60 minutes) a été passé en jeu. Ces 60 minutes ont été consacrées à une bataille de squash de haute qualité avec son ennemi juré ce jour-là, Mathieu Castagnet.

Cinq kilomètres… C’est plus de 500 sprints d’un point à l’autre du court. Ces sprints sont généralement d’une distance de 3 à 6 mètres, dont plus de la moitié sont en arrière et généralement suivis d’une fente ou d’un mouvement dynamique pour préparer sa raquette, avant d’exploser vers le T pour se replacer et anticiper le coup suivant.

Pour mettre les chiffres en perspective, au tennis, lors du Tournoi de Wimbledon 2017, le match le plus long a été enregistré lors de la confrontation entre Muller et Nadal … 288 minutes au total, un marathon !

Durant ce match, les données enregistrées ont montré que Nadal couvrait 3 645,1 mètres au cours de 389 points - une moyenne de 9,4 mètres par point. En comparaison, Momen a couvert un total de 4 965,5 mètres au cours de 100 points contestés - une moyenne de 48 mètres par point. Momen a couvert 1,3 km de plus que Nadal dans un tiers du temps que Nadal a passé sur le court.

Momen a été en jeu pendant 60% du match - un chiffre qui pousse le squash vers le haut des tableaux relatifs en jeu, seuls des sports comme le soccer et le hockey sur gazon enregistrant un plus grand nombre. Nadal était en jeu pour 15% de son match.

Tarek Momen couvrait donc plus de distance, en moins de temps, avec moins de repos, avec plus de distance par point.

Et 24 heures plus tard, il était de retour sur le terrain contre l’australien Cameron Pilley - encore une fois victorieux, cette fois en quatre jeux. Il a couvert presque 2,5 kilomètres de plus et a frappé la balle presque 500 fois pour se qualifier en demi-finale.

C’est la première fois qu’un tel système d’enregistrement de données était mis en place avec la PSA et InteractiveSquash. Ce système de suivi en temps réelle des performances telles que la fréquence cardiaque, le suivi de distance et les mouvements, ont permis à la PSA de rassembler pour la première fois des données complètes et quantifiables basées sur les performances, illustrant les véritables exigences physiques du squash.

Les données capturées montrent des joueurs couvrant des distances supérieures à un kilomètre par match, avec des matchs joués dans le meilleur des cinq jeux, comprenant des centaines de changements de direction et de multiples mouvements complexes, les fréquences cardiaques des joueurs enregistrant régulièrement plus de 190 bpm… parfois presque 200 bpm.

Mais alors que les chiffres de pointe sont révélateurs, c'est la rapidité de récupération et la capacité des joueurs, après des périodes de repos de quatre à dix secondes. En revanche, les joueurs de tennis peuvent prendre jusqu'à 25 secondes entre les points pour se replacer. En badminton, le temps moyen entre les points est de plus de 12 secondes.

"Le squash a longtemps été reconnu comme l'un des sports de raquette les plus exigeants, sinon le plus exigeant, grâce aux mouvements complexes requis et aux éclats répétés d'action courte et intense avec peu de repos", a déclaré Lee Beachill, COO de la PSA.

"Voir des joueurs parcourir plus d'un kilomètre dans un seul match, composé entièrement de sprints de trois mètres, dont 30-40% est un mouvement en arrière, suivi d'une fente ou d'un mouvement dynamique avant de tirer, est stupéfiant."

"Nous sommes très excités par ce que ces données peuvent signifier pour le squash et la prochaine étape pour nous est d'intégrer pleinement cette technologie dans notre programmation de diffusion et sur les médias sociaux en temps réel pour ajouter une nouvelle dimension au sport et améliorer l'expérience pour les joueurs et les fans."

Le système «MoTrack» a été développé comme un outil de formation mis à la disposition des joueurs réguliers en compétition sur la technologie innovante interactive de la face avant. Le fondateur Markos Kerns a déclaré: "Il est extrêmement excitant pour nous de participer à cette nouvelle étape pour le squash."

"La collecte de données basées sur la performance montre à quel point ces athlètes sont phénoménaux et nous sommes ravis d'être à la pointe de ce nouveau développement du squash."

"Le plus grand apprentissage du tournoi a été de constater à quel point les statistiques des deux joueurs sont incroyablement proches."

Avec 'MoTrack' qui a été utilisé lors Grasshopper Cup, avec des données graphiques intégrées dans la diffusion de SQUASHTV pour la première fois, et avec Sports Data Labs pour continuer à tester et suivre les fréquences des joueurs aux British Open et World Series Finals avant la fin de la saison, ainsi les données disponibles sur les joueurs de squash seront plus grandes que jamais.

Source : PSA World Tour

< Retour