Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

A LA CONQUÊTE DE L'EUROPE

Équipe de france 22/03

Le Championnat d'Europe par équipe aura lieu du 02 au 05 mai en Pologne. Découvrez les sélections !

Le Championnat d'Europe par équipe est un incontournable sur le circuit. L'édition 2018 se résumera-t-elle, comme c'est le cas depuis plusieurs années, à un duel France - Angleterre, en finale ? On le saura bien assez tôt. Aujourd'hui, on vous dévoile la sélection française. Réactions.

Chez les femmes : une nouvelle venue

Cette compétition fait partie la préparation pour le prochain Championnat du Monde par équipe qui aura lieu en septembre prochain, en Chine. Restée sur une première médaille historique, en France, lors du dernier Championnat du Monde par équipe, l'Equipe de France a connu quelques changements. Si les deux meilleures joueuses françaises, Camille Serme et Coline Aumard, sont toujours là, ce n'est plus le cas de Laura Pomportes qui a pris sa retraite internationale. L'an passé, on avait découvert Melissa Alvès qui honorait sa première sélection en Equipe de France sénior. Partie aux Etats-Unis pour ses études, elle avait su intégrer un groupe bien soudé et faire ses preuves. Cependant, afin de faire son choix, l'entraîneur de l'Equipe de France (Philippe Signoret) a réalisé une série de test-matchs avec six joueuses pouvant prétendre intégrer les deux places restantes. Ils ont eu lieu début mars et ont vu deux joueuses se détacher des autres : Melissa Alvès et... Enora Villard qui honorera sa première sélection en Equipe de France sénior. 

"Je suis vraiment très heureuse de cette première sélection en Equipe de France senior qui récompense le travail et la persévérance des derniers mois et même des dernières années. Je n'ai eu qu'une sélection en équipe de France junior en 2012 donc j'ai hâte de pouvoir de nouveau représenter la France aux prochains Championnats d'Europe par équipe début mai. Jouer sous les couleurs de la France est un grand honneur ! Depuis que j'ai fini mes études et que je peux me consacrer davantage au squash c'était un de mes objectifs majeurs donc très contente de l'avoir atteint. J'en profite pour remercier tous ceux qui m'accompagnent au quotidien dans la poursuite de mes objectifs et j'ai hâte de partager ça avec mes 3 coéquipières et amies ! Allez la France !" - Enora Villard

De son côté, Philippe Signoret rappelle que l'objectif est de constituer un groupe solide en vue du Championnat du Monde par équipe qui aura lieu quelques mois plus tard :

"C’est un groupe qui ressemble à une exception près à celui de l’an dernier. Depuis l’arrêt de Laura Pomportes, qui aura beaucoup apporté à l’Equipe de France, c’est Enora Villard qui gagne sa place avec une excellente saison qui l’a vu intégrer le top 70 mondial, le Top 3 Français, et remporter son 1er titre sur le circuit professionnel. Comme aux Europe 2017, Melissa Alves a été retenue. La meilleure universitaire française aux États Unis est revenue en forme d’une lourde blessure et une opération qui l’a tenu écarté des courts jusqu’à Janvier dernier. Elle a répondu présente lors des derniers tests matches. Nous allons participer au Championnat d’Europe mais c’est aussi les Championnats du monde de septembre en Chine que nous préparons. Nous aurons notre médaille de bronze historique obtenue en France à défendre...Mais le collectif s’étoffe et pour la 1ere fois 7 ou 8 filles pourront prétendre à une sélection. Les places vont être chers et cela sera la garantie d’une équipe forte ! " - Philippe Signoret

Chez les hommes, un quatre majeur inchangé... en reconstruction

"Le groupe a été meurtri après la défaite au Championnat du Monde par équipe à Marseille", cette phrase de Renan Lavigne fait encore échos à beaucoup de personnes. C'est un travail de reconstruction qui a été entrepris pour cette équipe de France. Tenante du titre européen, l'Equipe de France masculine tentera de rééditer la performance de 2015 et de 2017. En plus du quatre majeur qui se détache toujours (Grégory Gaultier, Mathieu Castagnet, Grégoire Marche et Lucas Serme), c'est Baptiste Masotti qui fera figure de cinquième homme. Il avait déjà intégré ce groupe en 2015 lors du premier titre européen remporté par les français. 

"Sur la sélection c’est le même 4 majeur que les dernières années qui vraiment une nouvelle fois se détache. Ces quatre-là sont incontournables et derrière le choix s’est porté sur Baptiste parce qu’il a eu des résultats significatifs avec notamment des victoires sur deux joueurs dans le top 60 (34 et 55), au cours des 6 derniers mois, et, dernièrement, il a fait une belle tournée au Canada. Il y avait 3-4 postulants pour cette cinquième place et le choix s'est porté sur Baptiste et des résultats. Il a déjà une expérience de 2015 en Equipe de France, c’est un joueur qui s’intègre très bien dans une vie de groupe donc je compte sur lui aussi pour faire vivre le groupe. Un groupe qui a été meurtri par la défaite de Marseille donc ça tout le monde a été touché c’est sûr, c’est un groupe qui a soif de revanche. Baptiste on compte sur lui à la fois sur son niveau de squash, mais aussi sur son approche dans la vie de groupe, son approche mentale. C’est un joueur qui respire la joie de vivre et il aura vraiment un gros rôle à jouer dans la vie de groupe au quotidien."

Forcément, la défaite lors du Championnat du Monde par équipe, à Marseille, est encore dans toutes les têtes. "C'est une compétition qui arrive vite après les Monde par équipe. Dans la foulée de Marseille, on a eu les mondes individuels où clairement la blessure de Marseille était encore très ouverte chez tous les joueurs et donc il y a eu beaucoup de discussions que ça soit à Marseille ou après, et depuis il y a eu beaucoup de tournoi qui se sont enchainé et on n’a jamais pu se retrouver ensemble sur les compétitions. Mais il y a eu des discussions avec chacun, avec l’encadrement pour repartir du bon pied."

Lorsqu'on évoque avec Renan Lavigne, entraîneur national, les chances françaises cette année et notamment vis-à-vis des éternels rivaux anglais, celui-ci répond : "On est les tenants du titre, mais pas les favoris".

"On est les tenants du titre mais ils (les anglais) ne sont jamais aussi dangereux que quand ils ont envie de revanche. Ils ont été en finale à Marseille. Si on regarde le papier en 2-3-4-5 ils sont devant nous au classement mondial donc ça sera une nouvelle fois un gros combat si jamais on est amené à les rencontrer. En ce moment le niveau européen s’est vraiment renforcé avec des équipes comme l’Allemagne, l’Ecosse, l’Espagne qui seront à battre d’abord avant dans les matchs de poules et en en demi-finale. Les gallois aussi ont un nouveau n°1 qui est fort aujourd’hui. Il y aura beaucoup d’équipes et un championnat très dense avant d’envisager la finale. Les anglais ont un groupe qui est toujours le même avec leur 3 majeurs sans doute pour la dernière fois puisque Nick Matthew a annoncé sa retraite. Après, il y aura sans doute une nouvelle génération mais pour l’instant ils ont toujours leur 3 majeur avec derrière des joueurs dans le top 30 mondial qui sont devant nous au classement. Donc on est les tenants du titre mais pas les favoris."

Il reste encore quelques semaines avant cette échéance et notamment le tournoi d'El Gouna, en Egypte. Une échéance importante pour les tricolores qui tenteront de tirer leur épingle du jeu. Les anglais, quant à eux, seront absent de ce tournoi... préférant se consacrer aux Jeux du Commonwealth. Les semaines qui arrivent sont synonymes de préparation pour les joueurs de l'Equipe de France. Plusieurs joueurs ont été blessé récemment comme Grégory Gaultier ou Mathieu Castagnet. L'objectif est que l'ensemble du groupe arrive en Pologne en pleine possession de ses moyens. 

"On va prendre match par match et on va surtout se focaliser sur la vie du groupe pour arriver dans les meilleures conditions pour les poules. Nous on va se focaliser sur nous, bien travailler d’ici ce Championnat d’Europe. On a des joueurs blessés avec Gregory notamment. On a dû gérer au quotidien, reconstruire la confiance d’un Mathieu qui clairement a été très affecté. Gregory il a répondu présent à Marseille mais il a aussi été affecté malgré son palmarès. On en a rediscuté plusieurs fois. Lucas, il n'a pas eu l’occasion de pouvoir s’exprimer sur le match qu’on perd (ndlr : Le quart de final face à Hong-Kong, au Championnat du Monde par équipe), mais depuis, je trouve qu'il a vraiment eu des bons résultats et avec une nouvelle vision des choses. Il a une réflexion sur son jeu et son match. Il a vraiment pris conscience des choses depuis la défaite au Monde."

< Retour