Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actus

CHAMPIONNAT DU MONDE : LES CHANCES FRANÇAISES

Équipe de france 07/12

Quelques jours après l'épilogue du championnat du monde masculin par équipe, l'épreuve individuelle (hommes et femmes) commence demain à Manchester. L'occasion de rebondir pour les joueurs de l'équipe de France, alors que Camille Serme est à la recherche d'une première couronne mondiale.

Analyse des chances des huit Tricolores engagés.

 Article de Jérôme Elhaïk

TABLEAU MASCULIN

Le championnat du monde étant le seul tournoi du circuit international avec un tableau de 64 joueurs, les quatre joueurs présents à Marseille la semaine dernière sont dans le main draw. Deux autres tenteront de franchir les qualifications, à partir de demain.

Âgé de 21 ans, Auguste Dussourd (79ème mondial depuis le 1er décembre, meilleur classement de sa carrière) aborde son premier championnat du monde dans d'excellentes dispositions. Le week-end dernier, le joueur de l'US Créteil a remporté à Berlin son troisième titre en 5 000 $ depuis la rentrée, auxquels on peut ajouter une finale à Bratislava (10 000 $). Dussourd, dont l'entraîneur national Renan Lavigne nous confiait suivre la progression de près, aura une belle occasion de confirmer à Manchester. Au premier tour, il sera opposé à Mohammad Al Sarraj (19 ans, 89ème mondial). Un adversaire certes coriace sur le papier, et qui a remporté leurs deux confrontations directes (la dernière en Italie en février dernier, 13-11 au cinquième jeu …). Mais le Jordanien, qui a effectué une superbe saison 2016-2017 (4 titres en PSA et demi-finaliste au championnat du monde junior), marque le pas depuis quelques semaines, avec quatre défaites consécutives sur le circuit. Si le Français parvient à s'imposer, il rencontrera le jeune Anglais Lyell Fuller (102ème) ou le très expérimenté Canadien Shawn Delierrre (65ème).

Auguste Dussourd

En grande forme depuis le début de saison, Auguste Dussourd participe à son premier championnat du monde (Crédit photo : ML Photo)

Pour sa première participation en 2016, Baptiste Masotti (22 ans, 97ème) avait opposé une belle résistance au Gallois Peter Creed au Caire. Le tirage au sort lui a réservé un adversaire compliqué sur le papier, en la personne de la tête de série 2 du tableau, Mazen Gamal (51ème). Mais le Niortais - qui alterne le (très) bon et le moins bon depuis le début de saison – était passé à deux doigts de battre l’Égyptien il y a quelques semaines à Nantes, menant 2 jeux à 1 avant de perdre les deux dernières manches 11-9 … En cas de victoire, il retrouverait probablement l'Anglais Adam Murrills (76ème), opposé au modeste Croate Martin Kegel vendredi. À la clé, une place dans le grand tableau !

Baptiste Masotti

Comme Dussourd, Baptiste Masotti a une belle opportunité de rejoindre les quatre meilleurs joueurs Français dans le tableau principal (Crédit photo : Draz Foto)

Les deux jeunes Français ont donc l'occasion d'y rejoindre leurs aînés, qui rentrent tous en lice dimanche.

C'est la cinquième participation consécutive pour Lucas Serme (meilleur résultat, deuxième tour en 2014). Même s'il a été marqué par l'élimination des Bleus en quart à Marseille, le Cristolien (41ème) est en bien meilleure forme que l'an dernier à la même époque (battu d'entrée par Olli Tuominen) : sa récente victoire contre Omar Mosaad à Hong Kong est l'une des plus belles de sa carrière, et il a confirmé ensuite en bousculant Mohamed El Shorbagy. Serme (25 ans) sera opposé à un qualifié au premier tour, avec ensuite la perspective de retrouver en 1/16ème de finale Borja Golan (qui n'a pas disputé la fin du championnat du monde par équipe en raison d'une blessure). Un joueur certes redoutable mais qu'il a déjà battu, à Hong Kong en 2015, avant que l'Espagnol (16ème) ne prenne sa revanche au printemps 2017 au Canary Wharf.

Auguste Dussourd

Lucas Serme cherchera à confirmer à Manchester ses excellentes performances à Hong Kong il y a quelques semaines (Crédit photo : Philippe Rochais)

À 27 ans, c'est la huitième campagne de suite au championnat du monde pour Grégoire Marche (29ème), dont le meilleur résultat est un huitième de finale il y a deux ans. Il est sans doute totalement concentré sur son premier tour, contre Paul Coll (8ème). Les deux joueurs se sont affrontés pour la première fois il y a quelques jours à Marseille, et malgré une prestation de haute volée le Français avait dû s'incliner en quatre jeux très accrochés (1h13 de jeu). S'il réalisait l'exploit de faire chuter le Néo-Zélandais, Marche retrouverait au tour suivant le vainqueur du match Lobban – Kandra, voire ensuite Daryl Selby.

Grégoire Marche

Une semaine après leur rencontre au championnat du monde par équipe à Marseille, Grégoire Marche retrouvera Paul Coll au premier tour (Crédit photo : Philippe Rochais)

Mathieu Castagnet (27ème) fêtera à Manchester sa dixième participation de suite. Logiquement atteint par sa défaite contre le Hong Kongais Yip vendredi dernier à Marseille, il a redressé la barre avec un succès convaincant contre Campbell Grayson deux jours plus tard. Le tirage au sort lui est favorable, avec au menu du premier tour le Mexicain Arturo Salazar (45ème), un joueur certes dangereux, mais moins fort que son frère jumeau Cesar (les deux joueurs ne se sont jamais affrontés). S'il passe cet obstacle, Castagnet (31 ans) pourrait retrouver sa bête noire, Simon Roesner. L'Allemand mène 6-0 dans leurs affrontements en PSA, le dernier en date à Hong Kong il y a quelques jours.

Mathieu Castagnet

Simon Roesner (en rouge) est la bête noire de Mathieu Castagnet (Crédit photo : SquashSite)

Grégory Gaultier (34 ans) n'a pas raté une édition du championnat du monde depuis 2002 ! Une épreuve qui évoque des souvenirs contrastés pour le French General,  avec ces quatre défaites en finale - dont une à Manchester en 2013, contre Nick Matthew après près de deux heures de jeu. « La programmation n'avait pas été à mon avantage, » nous confiait-il il y a quelques mois, « et tous les joueurs m'avaient dit que je méritais ce titre. » En 2015, Gaultier obtient enfin la consécration, battant en finale Omar Mosaad. « Ce n’est pas le tournoi ou j’ai le mieux joué, mais j’ai pu m’imposer grâce à ma préparation, l’expérience de toutes ces défaites et ma détermination. » Le Français n'avait pas été en mesure de défendre son titre jusqu'au bout l'an dernier, contraint de se retirer avant sa demi-finale en raison d'une blessure à la cheville. La même cheville qui l'a gêné en début de saison, alors qu'un premier semestre 2017 stratosphérique l'avait porté à la place de numéro 1 mondial. Même sans une préparation idéale, le Français fera donc partie des favoris à Manchester d'autant que son tableau théorique est relativement dégagé jusqu'aux demi-finales : Todd Harrity, un certain Tsz Fung Yip, bourreau des Français à Marseille, Cesar Salazar, puis Paul Coll en quart de finale. Le Néo-Zélandais lui a souvent causé quelques problèmes, mais Gaultier a remporté leurs quatre confrontations. Il sera ensuite temps de penser à une demi-finale explosive. Normalement contre Mohamed El Shorbagy, l'homme fort du début de saison. Mais l’Égyptien aura peut-être dû se débarrasser auparavant de Ramy Ashour et de Nick Matthew …

Le championnat du monde et Grégory Gaultier, c'est une longue histoire faite de hauts et de bas (Crédits photo : The Telegraph, SquashSite, SquashBlog, Gettyimages)

TABLEAU FÉMININ

Camille Serme est tête de série n°3 d'un tableau de 32 joueuses qui débute lundi, alors que Coline Aumard devra franchir les deux tours de qualifications pour rejoindre sa compatriote.

À 28 ans, Camille Serme disputera son douzième championnat du monde consécutif. Pour celle qui est installée dans le top 3 mondial depuis un an, l'ambition est simple : faire mieux qu'en 2010 et en 2016 (dont l'édition a en réalité eu lieu au printemps 2017 en raison d'un report), où elle avait atteint le dernier carré. Son début de saison a certes été marqué par son échec à l'US Open, alors qu'elle était tenante du titre. Mais la Cristolienne s'était inclinée contre l'une des joueuses en forme du moment – Joelle King - et a bien redressé la barre à Hong Kong, avec une victoire contre sa bête noire Nicol David et une défaite à l'arrachée en demi-finale contre Raneem El Welily. Toutes ces adversaires, la Française pourrait d'ailleurs les retrouver à Manchester : après une qualifiée puis la gagnante du match Pallikal – Blatchford, son tableau lui réserve ensuite King (ou Sarah-Jane Perry) en quarts, puis David ou El Welily en demi. Dans le même temps, Massaro, El Tayeb, Gohar et surtout la double tenante du titre Nour El Sherbini en découdront dans le haut du tableau.

Camille Serme

Camille Serme (à droite) avait été battue par Raneem El Welily en demi-finale de l'édition 2016 (Crédit photo : SquashSite)

De son côté, Coline Aumard (30ème) devra rapidement surmonter la déception de son élimination précoce en début de semaine à Monaco, pour tenter de se qualifier pour le tableau principal pour la troisième année consécutive. Tête de série 5 des qualifications, elle affronte samedi au premier tour Lisa Aitken (60ème). L’Écossaise vaut néanmoins mieux que ne l'indique son classement, elle qui a été 38ème avant d'être écartée du circuit entre 2014 et 2017 pour des raisons de santé. Les deux joueuses en sont à 2-2 dans leurs confrontations directes (aucune en PSA), mais la Française (28 ans) s'était imposée lors de la plus récente, aux Jeux Mondiaux cet été. En cas de victoire, Aumard serait opposée à Haley Mendez ou Rachael Grinham. Sa seule confrontation avec l'Australienne (40 ans, ancienne numéro 1 mondiale et championne du monde) lui évoque de bons souvenirs, sa victoire ayant contribué à la médaille de bronze des Bleues au championnat du monde 2016 …

Auguste Dussourd

Coline Aumard (en blanc) pourrait retrouver l'ancienne championne du monde Rachael Grinham en finale des qualifiications (Crédit photo : Paul Orlovic)

À savoir

Pour la deuxième fois de l'histoire, les championnats du monde individuels masculin et féminin ont lieu en même temps, après Rotterdam en 2011. Un prize money record est en jeu avec 325 000 $ chez les hommes et 269 000 $ chez les femmes, et les deux vainqueurs toucheront la même somme (45 000 $). Les premiers tours auront lieu au Centre national, avant que le tournoi n'émigre au Manchester Central Convention Complex à partir des quarts de finale.

Le nombre total de participants est de 168. Tous les meilleurs joueurs et joueuses du monde seront présents, à l'exception de Fares Dessouky et Diego Elias, blessés. 38 nations sont représentées, dont évidemment le pays hôte l'Angleterre avec 38 joueurs et l'Égypte (33), suivis de la France (8), du Canada, de la Nouvelle-Zélande (7), de l'Australie, de Hong Kong, de l'Espagne, et des États-Unis (6).

De nombreux joueurs et joueuses engagés à Manchester savent ce qu'être champion(ne) du monde signifie, puisqu'on dénombre un total de 20 titres dans les deux tableaux : Nicol David (8), Ramy Ashour, Nick Matthew (3), Nour El Sherbini (2), Grégory Gaultier, Karim Abdel Gawad, Laura Massaro et Rachael Grinham (1) (à 40 ans l'Australienne est la doyenne de la compétition, soit 23 ans de plus que l'Anglaise Elise Lazarus). Mohamed El Shorbagy et Raneem El Welily, deux fois finaliste malheureux et qui ont même eu des balles de match pour devenir champion du monde, tenteront de remporter le titre pour la première fois.

Nick Matthew 2013

 Pour sa dernière saison sur le circuit, Nick Matthew espère refaire le coup de 2013, où il était devenu champion du monde à Manchester (Crédit photo : Yorkshire Post)

 

Pour en savoir plus sur le championnat du monde

Site officiel

Facebook

Twitter

< Retour