Actualités F.F.SQUASH

Fédération Francaise de Squash

Actualités

RETOUR SUR LE CHAMPIONNAT DE FRANCE -19 ANS

Événements 12/11

Le championnat de France -19 ans a livré son verdict dimanche après-midi à Maxeville. Si Victor Crouin a conservé son titre en toute logique chez les garçons, il s'agit du premier sacre national pour Maëlle Fuhrer, qui est venue à bout de sa grande rivale Fanny Segers après une finale à suspense.

Retour sur ce week-end de compétition, en quelques points.

Article de Jérôme Elhaïk

CROUIN ÉVIDEMMENT. Personne n'en doutait, et il l'a fait. Pour la deuxième année consécutive, Victor Crouin a remporté le championnat de France -19 ans sans perdre un jeu. En finale, le Varois prend nettement l'ascendant en début de match sur Edwin Clain, remportant le premier jeu 11-3 en moins de 10 minutes. « Je me suis efforcé de volleyer au maximum, » nous a-t-il confié après le match. « Pour le prendre de vitesse, mais aussi parce que c'est l'essence de mon jeu. Dans le deuxième jeu, je me suis peut-être un petit peu relâché, et il a saisi chaque opportunité. »

Crouin Clain F

Si Victor Crouin (à droite) s'est logiquement imposé, Edwin Clain lui a donné une belle réplique en finale, surtout dans le deuxième jeu

Grâce à de nombreux coups d'attaque gagnants, le joueur de l'US Créteil fait la course en tête et mène même 8-6. Mais son adversaire, fort de son expérience, serre le jeu et prend le large (11-9). Même si Clain est loin d'abdiquer par la suite, l'issue ne fait plus guère de doute et Crouin remporte son septième titre national individuel (11-7). « Même si j'étais grand favori sur le papier, ça a toujours la même saveur, » indique-t-il. Les autres ont pu mesurer une nouvelle fois l'écart qui les sépare du très haut niveau. Même si certains ont affiché de belles promesses, à commencer par Clain. « Edwin prend de l’envergure, » déclare son entraîneur Philippe Signoret, « grâce aux deux entraînements quotidiens avec ses partenaires masculins et féminins au pôle France à Créteil. » « Il a des qualités, » confirme Crouin. « Pour ce qui est de faire une carrière professionnelle, ça dépend avant tout de lui. Il faut se donner les moyens, et ne pas faire les choses à moitié. » Mention bien également à Toufik Mekhalfi. En montant sur le podium à seulement 15 ans, le joueur de Gradignan a sans nul doute pris rendez-vous pour l'avenir. Un avenir pourquoi pas olympique, puisque Jean-Denis Barbet et Bruce Neuffer (respectivement président de la Fédération Française de Squash et Directeur technique national) ont rappelé que les espoirs d'aujourd'hui doivent ambitionner d'être les champions de demain. Ceux qui auront pour mission de ramener des médailles à la France si leur discipline venait à être inclus au programme olympique.

Toufik Mekhalfi

Médaillé de bronze à seulement 15 ans, Toufik Mekhalfi a confirmé sa forme actuelle (Crédit photo : Squash du Rêve)

UNE PREMIÈRE POUR FUHRER. Elle la voulait tellement … Maëlle Fuhrer avait encore en tête les deux finales perdues face à Fanny Segers en -15 et -17 ans. Après un début de match un peu décousu, c'est la Savoyarde, très agressive, qui prend le dessus et semble se diriger vers un nouveau titre. Poussée par le clan Francilien - qui a fait du bruit tout le week-end – Fuhrer refuse de céder, et les deux derniers jeux vont être un superbe combat. Elle s'impose finalement après un peu moins d'une heure de jeu et peut laisser éclater sa joie : elle remporter son premier titre chez les jeunes, pour sa dernière participation.

Toufik Mekhalfi

Maëlle Fuhrer (à gauche) et Fanny Segers ont livré une superbe finale (Crédit photo : Squash du Rêve)

« Quand j'ai compris que c'était fini, ça a été un énorme soulagement, » raconte-t-elle. « J'ai immédiatement regardé Mehdi (NDLR : Renai, son entraîneur) et j'ai vu qu'il avait les larmes aux yeux, ça a été un moment magique. Après la perte du troisième jeu, il m'a bien bousculé et m'a dit d'insister sur son revers, car elle dirigeait le jeu avec son coup droit. » Battue par Segers après une belle empoignade en demi-finale, Lauriane Maingot (Royan) complète le podium. À l'instar de Mekhalfi, la jeune Cléo Jahard (15 ans) a marqué des points : elle décroche une superbe cinquième place, grâce à deux victoires sur Johanna Pigeat et Yuna Loaec.

 Public IDF

Les Franciliens ont mis le feu au Squash du Rêve le week-end dernier (Crédit photo : Squash du Rêve)

DES VAINQUEURS À L'HEURE AMÉRICAINE. Victor Crouin avait déjà confié il y a plusieurs mois son souhait d'un départ aux États-Unis. Lors de son discours sur le podium, il a annoncé qu'il allait intégrer l'université d'Harvard - dont est sorti un certain Ali Farag – mais qu'il continuerait évidemment à représenter son pays. Même s'il n'est pas aussi avancé, Maëlle Fuhrer nous a également parlé de son projet américain.

Maëlle Fuhrer Victor Crouin

  Fuhrer aimerait suivre le même chemin que Crouin, et rejoindre une université américaine (Crédits photo : Jean-Luc Paquemar)

« Un peu plus tôt dans la semaine, j'étais à Philadelphie ou j'ai visité l'Université de Penn (NDLR : dont font partie deux joueuses Françaises, Mélissa Alvès et Marie Stéphan). Leur accueil a été vraiment extraordinaire. En réalité, c'est ma mère qui a effectué les démarches sans m'en parler : elle a attendu que j'ai eu le bac pour ne pas me perturber, car elle sait que je n'aime pas trop le changement (rires)... Si ça se concrétise, ça serait vraiment génial car je pourrais suivre des études de médecine tout en continuant à jouer au squash, ce qui serait impossible en France. Depuis la rentrée, je m'entraîne tous les jours avec Medhi et j'en ressens les effets bénéfiques. J'en profite pour remercier à nouveau les garçons du club, ainsi que Julie Rossignol, qui sont toujours disponibles pour jouer avec moi. Mais même s'il ne faut jamais dire jamais, une carrière professionnelle dans le squash n'est pas du tout dans mes plans. Il faut être réaliste quant au niveau requis, dont on a pu se rendre compte au championnat du monde junior (NDLR : les Françaises avaient terminé treizièmes). »

Maëlle Fuhrer Victor Crouin Maëlle Fuhrer Victor Crouin

Maëlle Fuhrer Victor Crouin

Les six médaillés (de gauche à droite, Fanny Segers, Edwin Clain, Victor Crouin, Maëlle Fuhrer, Toufik Mekhalfi et Lauriane Maingot)

 

< Retour